Archives du mot-clé afrique

On ne revient pas indemne du Forum de Saint-Louis …

Déjà, la route vous invite vers cette ville où le temps semble s’être arrêté. En traversant Thiès, ça et là des charrettes tirées par des chevaux où des ânes  nous renvoient  des images  anachroniques. Les baobabs de la savane majestueux et certainement centenaires nous saluent au passage, de leurs statures imposantes. , les Pastèques géantes ornent les bas côtés de la route, les vanneries multicolores nous font des clins d’œil. Tivaouvane la Sainte, bastion de la Tidjaniyya au Sénégal nerveuse à l’approche imminente du Gamou du Maouloud ne nous laisse pas indifférentes. Puis Guéoul, qui m’émeut , réveille mes souvenirs et tiraille mes cicatrices. C’est la ville où mon père est enterré. La ville où je venais saluer ma Grand-mère paternelle et mes Badienes (tantes paternelles)  lors de mes séjours au Sunugal. Je récite quelques sourates censées garantir le Paradis à tous mes ancêtres qui sont au cimetière. Nous roulons au son de Wally Seck et Sidiki Diabaté … Quand enfin, Ndar s’ouvre à nous, agitée et vive, fiévreuse et séduisante. Le pont Faidherbe symbole d’hier et d’aujourd’hui nous accueille sur son lit de métal.

Direction Poste de Logistique, Hôtel Rognat, Place Faidherbe où la belle Aita, qui n’a pas ménagé d’efforts pour gérer les hébergements nous attribue une chambre Keur Dada.

Saint-Louis nous y sommes, le Forum tant attendu, tant annoncé, tant espéré est là à quelques mètres de nous. Prêt à nous happer par son énergie, sa diversité, sa richesse.

Les Dakarois timorés et curieux m’ont maintes fois interrogée sur le thème. A chaque interrogation, j’essaie de leur expliquer que ce Forum tel que Doudou Diaw l’a rêvé il défie la règle  » ce qui se conçoit clairement s’énonce clairement « . Quand on rencontre Doudou , on est à face à un rêveur, un visionnaire, un bâtisseur , un humaniste d’une extrême générosité. Il ne s’encombre pas de phrases. Ses rêves il les partage, et si on est prêt pour l’aventure on se met en condition pour vivre cette utopie avec lui. Le monde entier est au rendez vous autour du Bateau Bou El Mogdad. Ici et là je retrouve des familiers : cousins, cousines, amis d’enfance venus de Paris , Abidjan où Dakar . Je reconnais des célébrités du monde de l’art, de la musique où de la Presse. Je retrouve l’Afrique du Nord, l’Afrique Centrale, en bref le monde entier est là prêt à expérimenter la vision de Doudou. Sans hésitation,  nous sommes venus sûrs que des moments d’exception nous attendaient, des instants d’émotions que seuls un visionnaire peut créer et surtout transmettre. Les scientifiques, les financiers , les artistes , les écrivains , les stylistes , les bohèmes , les chefs cuisiniers , les mannequins , les musiciens , les entrepreneurs ,les blogueurs,  les fous , les rêveurs , les illuminés, les ambianceurs, les artistes… Nous sommes tous là, euphoriques, heureux, en même temps curieux et impatients. Notre groupe éclectique et atypique se fond à Saint-Louis la séduisante et l’authentique. Nous fusionnons avec la ville, spectateurs d’un défilé de mode bigarré et artistique mettant en scène la créativité de la mode sénégalaise. L’altière Princesse Esther Kamatari s’invite sur le podium pour inspirer quelques sourires aux mannequins. L’artiste mon ami et frère Franck Fanny en fait de même. La foule jubile, les fous rires et les applaudissements fusent. C’est ça le Forum ! De l’improvisation, du cœur, le don de soi , des rires et des sourires spontanés  . Les scripts ne sont pas figés, ils évoluent et s’inventent au cours du temps , en fonction des espaces, de l’énergie  .

« Et si nous allions en boîte ? »  Émet jovialement un ami grand juriste Dakarois  après le spectacle du soir. Nous sommes sortis retrouver  un grand banquier de la sous région á l’Iguane Café. L’esprit décomplexé et positif du Forum nous habite tous. Ceux qui sont habitués aux grands rendez-vous de ce monde ont ressentis la même chose : Saint-Louis a pris le lead d’une Afrique qui s’assume et s’impose, une Afrique qui met en avant ses talents, ses intelligences et ses émotions pour une transformation effective et profonde.

Le plus grand choc a certainement été l’ouverture du Forum avec la musique Mandingue d’Ablaye Cissokho et le talent théâtrale de Nathalie Vairac. La rupture s’est déclarée dès le début : Inhabituelle  et profonde. L’Afrique se montre telle qu’elle est sans fards dans sa multiplicité et sa richesse, poétique, artistique et talentueuse.

Au Forum il n’y a pas d’élitisme, pas de discrimination par l’âge où la fonction, il n’y a que la richesse de l’humain qui est mise en valeur. La ville nous fait la fête et défile pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux Saint-Louisiens que nous sommes. L’énergie est débordante, le savoir est enrichissant. je reconnais ça et là Didier Acouetey, Jean-Louis Billon, Stan Zeze, Diane Audrey Ngako, Alain Nkontchou , Abdoulaye Coulibaly du Forum de Bamako, Fatou N’diaye de Black Beauty Bag, Ma copine Ouli Sarr, Mossadeck Bally, Franck Fanny, Sonia Rolland , Chef Coco , Chef Pierre Thiam, Fleur Pellerin ,Fatimata Ly … Le pari de Doudou est relevé haut la main, les panels sont riches, brillants et exceptionnels. L’expression est libre et libérée. je m’exalte, je m’abreuve, je m’interroge. Les idées reçues sont bousculées, les opinions s’entrechoquent, l’Afrique est repensé sans intellectualisme ni pédantisme mais avec générosité, humanité, authenticité et inclusion. Les panels sont passionnants et le format  interactif. Les panelistes sont en milieu de salle en symbiose avec l’audience. La ville nous enveloppe de son charme. La déco made in Sénégal de notre hôtel Keur Dada  nous émeut ma cousine Safiya et moi, bassang au sol, couvre- lit en basin, rideaux en thioup , andou thiouraye aux effluves de gowê et d’encens dès le matin ;Vue sur le fleuve au petit déjeuner et jus de fuis locaux faits maisons délicieux.  Les personnalités sont humaines, sans artifices, humbles et sympathiques. Le rêve de Doudou est devenu une belle réalité, émouvante et sincère. Au Quai des Arts, le concentré d’énergies créatrices et positives est énergisant. Les égos sont restés sur la route, PDG, ministre, Influenceurs et autres célébrités sont justes là abordables et disponibles, le regard curieux et enjoué….

Le Forum de Saint-Louis bouscule tous nos sens. En effet les grands chefs du continent sont présents : Je retrouve Pierre Thiam que j’avais rencontré à New-York en 2015 et revois Coco Reinharz mon cousin du Congo qui nous avait régalés lors d’une soirée de Gala mémorable au début du mois de Novembre l’Ile Maurice. Mamane, Gohou et Digbeu nous font rire aux éclats dès la première soirée.  Les rencontres sont belles, les conversations brillantes. Réunir tous ces talents divers qui font notre fierté c’est  un message d’espoir fort.

La magie du concert de clôture me donne encore des frissons de bonheur : Ray Lema et Manu Dibango ensemble pour l’apothéose du Forum. Le piano et le saxo pour des rumbas qui me rappellent ma ville d’adoption Kinshasa. Finalement Saint-Louis c’est l’Afrique, et quand Helmie, Benji, Ménélik, Ange Fandoh, Nancy Murillo , Ablaye Cissokho montent sur scène pour un bœuf final nous ne savons plus si nous devons rire où pleurer devant le trop plein d’émotions . L’histoire retiendra ces moments pour la postérité. Dernières soirées pour les derniers échanges qui jusqu’au bout furent généreux et édifiants. Il y a de la magie dans l’air au Cocktail chez Doudou .J’ai trouvé l’Afrique dont j’ai toujours rêvée dans la ville de mes aïeules, étrange coïncidence. Escales shopping d’abord chez la styliste Rama Diaw qui m’avait préparée 3 belles tenues chatoyantes et élégantes puis virée à l’Expo vente de mon amie d’enfance le joaillier Kareem Fadika. Une véritable caverne d’Ali Baba des bracelets en pierres semi précieuses à porter par 5 où plus , des bagues en pierres précieuses , des colliers aux couleurs chatoyantes où une équipe joyeuses de femmes de gouts se sont fait plaisir . Le Forum de Saint-Louis c’est aussi ça une plateforme d’expositions ouvertes aux créatifs.

Au retour sur Dakar avec mes aînés Maguette et Gaby Lopes, nous nous arrêtons au comptoir « Au fil du fleuve » pour un petit déjeuner pas ordinaire qui a réveillé tous nos souvenirs d’enfance au Sénégal. Bourakhe, Siddem, bouille, fonde, confitures exotiques de Papaye basilic et farandoles de goûts, une véritable expérience gastronomique matinale dans un cadre magnifique décoré avec des meubles dessinées par notre hôtesse. Marie-Caroline à elle seule est une légende Saint-Louisienne. J’y reviendrai un jour. La balade continue dans la ville. Nous nous arrêtons au musée de la photo qui lui aussi nous nourrit de ses belles surprises. Je me retrouve nez à nez avec moi même immortalisée par Joana Choumali dans sa série « Résilientes ». Un  vrai retour aux sources pour moi Domou Ndar Internationale. Encore moi,  debout à côté de Faty dans un cliché vintage Vintage de Malick Welli pris quelques mois auparavant à Saint-Louis. Je réalise que ce Forum est plus qu’une conférence pour moi, c’est un parcours initiatique, un voyage au bout de moi même, un retour aux sources plein d’émotions et de questions sans réponses. Merci Doudou pour ce rendez-vous magique et surréaliste. Je ne sais pas vous mais moi je suis une autre moi plus Saint-Louisienne et donc plus Africaine. A bientôt Ndar, Je reviendrai!

©Nabou FALL

LE PRINCE CHARMANT EST UNE GRENOUILLE !

 

Vous en avez rêvez, et enfin le « plus beau jour » de votre vie est arrivé. Vous gardez en mémoire et en photos le souvenir de votre robe de Princesse, de la pièce montée, des fleurs arrangées en somptueux bouquets, du  bal dansant jusqu’à l’aube et surtout l’allure fière de vos parents qui enfin mariaient leur fille .  Trêves de rêveries, une fois les froufrous et les robes de soirées rangées, une autre vie vous attend : la vie de femme mariée. Mais O rage ! O désespoir ! Le Prince Charmant s’est peu à peu transformé en horrible grenouille coassante. Et oui, Maman ne vous avez pas préparée à la période Post-Jour J. Vous savez cette période ou la magie se transforme en une réalité affreuse : « je n’aime pas les tomates », «  si je ne sors pas , tu ne sors pas », « c’est quoi cette robe horrible ! ». Mais ou est donc passé le Prince que vous avez épousé ? Ou est la fée ?  Ou plutôt quelle est la sorcière qui a transformé votre homme charmant en grenouille infâme.

Arrêtez de chercher partout, mais plutôt rendez vous à l’évidence, le mariage c’est plus qu’une journée de rêve et des parents heureux. Bienvenue dans la vraie vie avec ce qu’on appelle le quotidien. Oui en voulant vous marier à tout prix, vous avez omis une donne essentielle à la vie de couple : la gestion du quotidien. En effet, roucouler pendant des années peut se transformer en un cauchemar quand on n’intègre pas la notion de vivre ensemble tous les jours. Il est désordonné, vous êtes maniaque. Il est jaloux possessif, vous êtes hyper indépendante. Vous êtes bavarde, il est plutôt taciturne. Etc. Vous êtres deux individualités condamnées à vivre ensemble pour le meilleur et surtout pour le « pire ». Je ne suis pas négative mais au contraire frappée d’hyper réalisme car un mariage heureux et réussi relève d’un parcours de combattant encore plus ardu que la recherche de « l’homme de sa vie ».

Comment gérer le quotidien ?

Je sais j’ai touché une corde sensible, car vous vous reconnaissez immanquablement dans cette description- et si vous la trouvez surannée, présentez moi vite le  frère de votre homme ! -. Alors à quoi se résume le quotidien ? Reprenons ensemble l’emploi du temps d’une journée type et vous aurez l’esprit clair :

 1-Le réveil : Et oui, le moment tant attendu et redouté est arrivé, l’œil  hagard, les traits tirés, la bouche pâteuse vous vérifiez s’il est encore endormi pour vous levez sur la pointe des pieds , vous asperger le visage d’eau florale et vous gargariser de Listerine. Si le Prince Charmant perd de sa superbe qu’il n’en soit pas de même pour la Princesse. A vous de faire un grand sourire lorsqu’il se réveille avec la tête de Shrek (géant au grand cœur) et l’haleine pas très chevaleresque. Après tout l’amour est aveugle et peut être aussi insensible aux odeurs.

2-Le partage de la salle de bain : Madame ne pouvait pas imaginer qu’un homme reste plus longtemps qu’elle dans la salle de bain et qu’il la laisserait dans un état oscillant entre la mare au Canard et une piscine. Alors là non ! non ! et re-non ! Faites comprendre à Doudou que vous êtes son épouse , pas sa mère ni sa bonniche alors vous voulez bien lui changer ses serviettes mais de là à  passer la serpillère après chacun de ses passages…

3-Le choix des vêtements : Finalement assortir la cravate au costume et à la chemise est une opération bien plus complexe qu’assortir un slip et un soutien gorge. Sans oublier le super 150’ qui ne doit ni briller, ni avoir un seul pli. Un conseil : recruter un expert en repassage. Et aider le à choisir en lui suggérant une couleur :Bleu, rose, marron ou gris. Impliquez  vous dans son processus de sapologie. Et oui, ils sont coquets en plus.

4-Le petit déjeuner : Avant vous pouviez sauter le petit déjeuner ou vous prélasser devant la télé. Tout a une fin. Vous pensiez avoir épousé un homme adulte et responsable. En fait c’est un gros bébé qui attend que vous fassiez tout pour lui , alors secouez vous et servez le , accompagnez le à table. Cendrillon ne vous avez pas dit tout ça…

5-La logistique : Il déteste que vous touchiez à sa voiture. Zut ! Vous pensiez tout partager . Et bien non les maris n’aime pas prêter leurs voitures. Alors faites vous déposer, faites vous offrir une voiture ou recruter un chauffeur. Comment vous le prendriez vous, s’il vous empruntait votre sac fétiche. Ben voilà !!!

6-Le management du ménage : Il jette tout sens dessus dessous et vous devez absolument aller au bureau ? Dilemme … soit vous former la nounou (de préférence, vieille, moche et rabougrie), soit vous rentrez plus tôt. Désolée mais ce sont les joies du mariage. Ou alors vous pouvez faire le jeu de la résistante et laisser tout en l’état, mais je ne vous le recommande guère car ce sont les enseignements de Maman qui risquent de s’en trouver égratignés.

7-Le choix des menus de déjeuner et diner : « Je ne mange pas la cuisine des bonnes » …Oh la la catastrophe en la demeure ! Vous n’aviez pas prévu autant de féodalité venant d’un garçon aux manières si polies (du verbe polir bien sûr). Le MBA aux Etats Unis ne l’a pas transformé, mais alors là pas du tout. Astuces : savoir ce qu’il aime ou pas et mettre le développement de votre côté. C’est ainsi que Tupperware, congélateur et Micro-onde retrouvent leurs lettres de noblesse. En effet préparez deux fois par semaines –avec l’assistance technique de votre nanny- stockez dans les tupperware, congelez les et avec la magie des ondes, le tour est joué. Vous pouvez quand même faire faire le foufou et le riz, n’est-ce pas ?

8-L’heure du retour : Ah canapé mon canapé comme il me plaisait de me vautrer en ton sein à chaque retour à la maison. Réveillez vous, cette période est révolue – sauf quand il voyage-, à moins que vous ne vouliez être taxée de femme paresseuse ? Non, c’est bien ce que je pensais. Quand on a un mari, on a une maison à gérer, pas de temps pour la bagatelle appelée farniente. Allez au boulot !

9-Le repas du soir : Rebelote scénario du petit déjeuner mais en plus long et plus stressant, sans oublier les invités non attendus. Donc une fois de plus gestion domestique oblige. Bon vous avez des plats au congélateur n’est-ce pas ? Alors de quoi vous plaignez vous. Une maitresse de maison africaine doit savoir gérer les imprévus et l’imprévisible. Au secours maman ! Cest fini vous êtes Madame X et c’est lui le pourvoyeur maintenant – pardon les féministes mais la réalité à la maison  n’est pas très égalitaire-.

11-La télécommande -objet de discorde- : Soirée Foot sur Canal , ou débat politique à la RTNC quand il y a la nouvelle saison de  Greys Anatomy qui bat son plein …Oh misère ! Mais le pire c’est qu’il vous veut à ses côtés. Que d’émotions ! Ecoutez ce n’est pas la fin du monde et puis il y a des dvd clubs. Ok ?

12-Le cellulaire – objet diaboliquement indispensable-: On ne parle pas au cellulaire avec les copines pendant des heures quand chéri est là, on ne tripatouille pas son Blackberry, ou son Ipad. Mais ce qui vaut pour nous vaut pour lui. Comment l’en dissuader ? Faites tout ce qu’il fait avec la même intensité que lui et observez le du coin de l’oeil. S’il se plaint alors réponse presque gentille, «  mais chéri comme tu étais occupé avec ton téléphone, j’en ai profité ».Hum ? Il aura bien vite compris le message. Autre chose, on évite –autant que faire se peut- de fouiller le cellulaire de l’autre. Evitons les migraines, après tout il vous a épousé en bonne et due forme alors zen attitude. Vous êtes au contrôle.

13-La Salle de Bain bis (rebelote) : remake du matin ; essayez peut être de prendre une douche à deux, de lui mettre de la crème sur le dos et plus si affinités…interdit aux moins de 18ans.

14-Histoires Nocturnes : Il dort tôt et vous êtes une couche-tard ? Décidément les romans à l’eau de rose devraient être interdits à la lecture car ils ne vous ont pas préparé à ça. D’ailleurs votre mère non plus. Vous avez encore envie de lire et lui vous veut à ses côtés quand il va se coucher – à la même heure que les poules-. Coupez la poire en deux : gardez vous une ou deux  soirée lecture ou solitaire et pour les autres rejoignez votre aimé. Savez vous que le monde pullule de femmes célibataires qui rêveraientt d’avoir un mâle dans leur lit. Et puis quoi, s’il ronfle ?

Alors Princesse armez vous de courage, de bonne humeur et surtout de plein d’amour car le Prince Charmant comme vous l’avez compris, est une grenouille.

©Naboulove  PARU DANS KABIBI MARS 2011