Archives pour la catégorie Curiosities

Al Sharpton Blasts Tiger Woods for Lack of Mistress Diversity


Dec 4th 2009
The Rev. Al Sharpton held a press conference today to blast Tiger Woods for the lack of diversity among his mistresses. Sharpton claims that the lack of African-American women among Woods’ harem will have a negative effect on the black community, specifically young black girls.

“Why is it that a man who calls himself black can’t bring himself to cheat on his wife with a black woman?” said Sharpton, speaking to a group of supporters in Harlem. “What does it say to young black girls everywhere when you pass them over? Shame on you, Tiger Woods. What would your daddy say?”

Sharpton, who has long championed taking black women as mistresses, said that today’s black athletes need to stop neglecting black women when it comes to extramarital affairs, and should follow the examples of positive black role models such as Jesse Jackson and Martin Luther King, Jr., both of whom cheated on their wives with black women. Sharpton also stressed that cheating with African-American women would help the black community financially by giving black girls the chance to sell their stories to tabloids and gossip magazines.

Added Sharpton, “I’m not asking you to not cheat on your wives, I’m just asking you to give back to your own community.”

The price of beauty


Nowadays if you don’t like your nose , your boobs or any other part of your body, you can pay to improve their looks & get a plastic surgey. But in the case of Solange Magnano, it ended up costing her the highest price: her life. Her story moved me a lot as she was about my age & also the mother of twins’ aged 7. Also like millions of women throughout the world, she wanted a perfect body at all cost. She will not see her kids grow to become young adults then women, as she died while having a surgery for buttocks implants. It may sound sarcastic but it is even more of a drama when you know that Solange was a Miss Argentina Universe in 1994, & she still looked perfectly beautiful to me. BUT. She just didn’t feel comfortable with herself. If I had 1/5th of her body i would certainly be grateful . Even though, in South America to look good means to have a perfect body is a MUST. And in recent years I have come across more & more African women who go through lipo , nose jobs or boob jobs in order to get the look of their dreams. More & more clinic open in Dakar & Abidjan catering such needs & even Kinshasa has its IVO PITANGUI who did few of my friends boobs as well as practised few lipos . When I see the pain they all went through, I get extra motivations to stick to my exercise & protein diet routine. Even though I can understand the deep moral relief it does bring to some. As a matter of fact, a new nose can be a life changing experience & I have seen a friend of mine shift into a new woman after she had the breast she always wanted. My sisters, I don’t want to sound cliché but European & African standards of beauty are not the same & Fortunately most of us won’t have to go for buttocks implants. In case you judge it necessary to have a surgery, remember that so many less invasive techniques are available now to sculpt your dream shape & many of them don’t require an anesthesia so make some research & talk to friends who may recommend a good, safe & experienced plastic surgeon. Beware, there are so many butchers out there. Accidents do happen in all case but make sure that the change you are about to make is worth the pain. Remember Late First Lady Stella Obansanjo died whilst going through a plastic surgery procedure. Check if you are not allergic to some substances & inform yourself as much as you can. Otherwise consider some slimming clinic like Buchinger in Marbella, & make exercising one of your 2010 resolutions. Look in the mirror & smile at yourself because you are Beautiful.
One Love. ©Naboulove.

Hymne à l’Amour d’Edith Piaf

Une pure merveille à consommer sans modération.
NabouLove

Le ciel bleu sur nous peut s’effrondrer
Et la terre peut bien s’écrouler
Peu m’importe si tu m’aimes
Je me fous du monde entier
Tant que l’amour inondera mes matins
Tant que mon corps frémira sous tes mains
Peu m’importent les problèmes
Mon amour, puisque tu m’aimes…

J’irais jusqu’au bout du monde
Je me ferais teindre en blonde
Si tu me le demandais…
J’irais décrocher la lune
J’irais voler la fortune
Si tu me le demandais…
Je renierais ma patrie
Je renierais mes amis
Si tu me le demandais…
On peut bien rire de moi,
Je ferais n’importe quoi
Si tu me le demandais…

Si un jour la vie t’arrache à moi
Si tu meurs, que tu sois loin de moi
Peu m’importe, si tu m’aimes
Car moi je mourrai aussi…
Nous aurons pour nous l’éternité
Dans le bleu de toute l’immensité
Dans le ciel, plus de problèmes
Mon amour, crois-tu qu’on s’aime?…

…Dieu réunit ceux qui s’aiment!

Edith Piaf 1950

Egyptian lawmakers want to ban fake hymen by John Freeman AP

Egyptian lawmakers want to ban fake hymen

By JOSEPH FREEMAN, Associated Press Writer Joseph Freeman, Associated Press Writer – Mon Oct 5, 12:05 pm ET

CAIRO – Conservative Egyptian lawmakers have called for a ban on imports of a Chinese-made kit meant to help women fake their virginity and one scholar has even called for the « exile » of anyone who imports or uses it.

The Artificial Virginity Hymen kit, distributed by the Chinese company Gigimo, costs about $30. It is intended to help newly married women fool their husbands into believing they are virgins — culturally important in a conservative Middle East where sex before marriage is considered by many to be illicit. The product leaks a blood-like substance when inserted and broken.

Gigimo advertises shipping to every Arab country. But the company did not answer e-mails and phone calls seeking comment on whether it had orders from Egypt or other parts of the Middle East.

The fracas started when a reporter from Radio Netherlands broadcast an Arabic translation of the Chinese advertisement of the product. That set off fears of conservative parliament members that Egyptian women might start ordering the kits.

Sheik Sayed Askar, a member of Egypt’s Muslim Brotherhood who is on the parliamentary committee on religious affairs, said the kit will make it easier for Egyptian women to give in to temptation. He demanded the government take responsibility for fighting the product to uphold Egyptian and Arab values.

« It will be a mark of shame on the ruling party if it allowed this product to enter the market, » he said in a notice posted on the Brotherhood’s parliament Web site on Sept. 15.

The Muslim Brotherhood, Egypt’s largest political opposition group, holds 88 of Egypt’s 454 parliament seats.

Prominent Egyptian religious scholar Abdel Moati Bayoumi said anyone who imports the artificial hymen should be punished.

« This product encourages illicit sexual relations. Islamic culture forbids these relations except within the confines of marriage, » Bayoumi said. « I think this should absolutely not be allowed to be exported because it brings more harm than benefits. Whoever does it (imports it) should be punished. »

In a country and a region where pre-marital sex is so taboo it can even lead to a woman’s murder, the debate over the virginity-faking kit has revived Egypt’s constant struggle to reconcile modern mores with more traditional beliefs — namely, that a woman is not a virgin unless she bleeds after the first time.

« Bleeding is not the only signal that yes, she’s a virgin, » said Heba Kotb, an observant Muslim woman who hosts a sex talk show on TV in which she fields calls from all over the Middle East.

Kotb noted that a medical procedure that reattaches a broken hymen by stitching is illegal in Egypt and can cost hundreds of dollars — prohibitively expensive for the poor. But many women still secretly seek it out in fear of punishment for pre-marital sex.

Such punishment could include slayings at the hands of relatives, a practice more commonly referred to as honor killings and common in the more conservative tribal areas of the Middle East.

The product is also causing a buzz on Egyptian blogs and news sites.

« If this thing enters Egypt, the country is going to go to waste. God protect us, » commented a reader on the Web site of Egyptian newspaper Al-Youm Al-Sabie.

Marwa Rakha, an author and blogger who writes about dating issues, sees the product as a tool of empowerment for women in a macho Arab culture that restricts women’s sexual urges but turns a blind eye to men gallivanting.

« It sticks it in the face of every male hypocrite, » she said.

L’EROTISME DANS LE TEXTE par Sammy Ghorbal

L’érotisme dans le texte

Des prêches religieux à la littérature, l’érotisme n’a jamais été absent de l’histoire des Arabes. Si la sexualité est seulement autorisée dans le strict cadre d’un contrat légal, le fait d’en parler librement fut longtemps admis, selon le précepte « la haya’ fi-ddin » (« pas de honte en religion »). L’érotologie était donc une matière prisée par les théologiens et portait sur la vie intime des croyants. La sexualité était enseignée dans les mosquées dans le cadre de « cours publics de sexualité ». Les manuels sur l’acte amoureux foisonnaient. Les traités de science, de droit et de médecine abordaient également cette question sans complexe, et un certain Avicenne, auteur de L’Épître du désir, encourageait à soigner par l’amour.

Mais c’est surtout dans la littérature qu’on trouvera les textes les plus libertins. Du Jardin amoureux du Damascène Ibn Qayyim al-Jawziyya au Jardin parfumé du Tunisien Nafzaoui, des contes des Mille et Une Nuits aux anecdotes irrévérencieuses d’Abou Nawas, en passant par les recettes amoureuses de l’Égyptien Tifachi, tout un corpus littéraire s’ingéniait à décrire les positions, les recettes et les amulettes censées faire jouir le croyant.

Aujourd’hui, on a expurgé les scènes jugées érotiques des Mille et Une Nuits et jeté l’opprobre sur ceux qui entendent, malgré tout, écrire dans la même veine jubilatoire que leurs ancêtres. Parler de sexe est devenu la chasse gardée des prêcheurs cathodiques, qui ont réduit l’amour à une panoplie de consignes à travers lesquelles l’érotisme a laissé place à la pudibonderie, la parole licencieuse à la fatwa. La sociologue marocaine Fatema Mernissi, qui vient de publier L’Amour dans les pays musulmans (Albin Michel), les appelle les « imams numériques ».

L’évolution des comportements au Maghreb est réelle, mais le poids des traditions incite à la discrétion et aux petits arrangements avec la vérité.

Même si la parole s’est beaucoup libérée, la sexualité reste à bien des égards un tabou maghrébin. En Algérie, aucune étude sérieuse n’a encore été publiée sur le sujet. L’enquête que prépare le Dr Smaïl Boulbina, grâce au soutien de trois grands quotidiens nationaux (El Khabar, El Watan et Liberté), qui ont accepté de diffuser 10 000 exemplaires de son questionnaire, entre octobre et décembre 2008, sera donc une première. Les conclusions de cette radioscopie de la sexualité algérienne seront divulguées en octobre 2009. Et elle promet de faire du bruit.

Car il n’est pas facile d’interroger les Maghrébins sur leurs pratiques sexuelles. Les blocages émanent de tous les milieux. « Il y a une dizaine d’années, nous avions distribué un questionnaire aux étudiants en médecine de Sfax, se souvient le psychiatre tunisien Anouar Jarraya. Les trois quarts ont atterri directement à la poubelle. Et les garçons ont été deux fois plus réticents que les filles à nous répondre. » Le conservatisme reste la norme. Tout est fait pour sauver les bonnes mœurs et pour assurer le triomphe d’un ordre moral qui s’acharne à confondre sexualité licite et mariage. Dans les trois pays, la loi interdit et réprime le concubinage. Les couples non mariés ne peuvent prendre une chambre à l’hôtel. La police a théoriquement le droit de procéder à des contrôles inopinés, en tout lieu et à toute heure, et de demander à un couple qui se tient par la main dans la rue ou qui circule en voiture de prouver « la légitimité de leur relation ». Et il est évidemment impensable de s’embrasser en public. Un tel acte est punissable d’amende.

Mais derrière ce puritanisme de façade, la réalité est très différente. Les jeunes n’ont plus rien à voir avec leurs aînés. Dans les quartiers branchés des grandes villes, décolletés plongeants cohabitent sans tension apparente avec les hidjabs, et les filles, fashion victims consentantes, multiplient audaces vestimentaires et comportementales. Garçons et filles sortent, s’amusent, fument, boivent. Et souvent flirtent. Le relativisme moral gagne du terrain. Les sociétés maghrébines, obsédées par l’apparence, sont devenues consuméristes et matérialistes. À en croire certains, elles se dévergondent. « Les prostituées ne se cachent plus et aguichent le client à la terrasse des salons de thé, témoigne Dali, la trentaine, cadre dans une grande banque tunisienne. Et il y a de plus en plus de salons de massage qui sont en réalité des maisons de passe… » La prostitution a toujours existé au Maghreb. Et reste un des modes d’initiation privilégié à la sexualité masculine. 47 % des Tunisiens interrogés en 2003 par les psychiatres Fakhreddine Haffani et Hicham Troudi avouaient avoir perdu leur pucelage dans un bordel. Aujourd’hui, l’amour tarifé n’est plus l’apanage des professionnelles. Étudiantes, vendeuses, coiffeuses s’y adonnent occasionnellement, et trouvent là le moyen de gagner en une passe ce qu’elles mettraient un mois de travail à amasser.

Ce « relâchement des mœurs » trouve en bonne partie son explication dans la montée du célibat. L’âge moyen du mariage frôle maintenant les 30 ans pour les femmes et les 33-34 ans pour les hommes. Cette évolution traduit la modernisation des sociétés et le recul de l’endogamie, ces unions entre cousins ou entre personnes de la même famille. Le mariage résulte désormais davantage d’un choix personnel que d’une stratégie communautaire. La mixité est devenue la norme, à l’école, à l’université, au travail, ou dans les centres commerciaux. Et les nouvelles technologies, le téléphone portable et plus encore Internet ont multiplié les opportunités de rencontrer l’âme sœur… Parents et enfants doivent trouver de nouveaux accommodements. « Dans ma génération, j’ai été l’une des dernières à me marier, à 23 ans, comme mon fiancé, que j’avais rencontré au cours d’un stage à l’hôpital, raconte Nadia, 57 ans, pédiatre à Casablanca. Comme lui, j’avais eu quelques aventures, mais rien de sérieux. Hadi, mon fils aîné de 28 ans, travaille mais ne gagne pas encore assez bien sa vie pour prendre un appartement. Depuis deux ans, nous lui avons aménagé une chambre dans ce qui auparavant nous servait de garage. Il a une entrée indépendante. Est-ce qu’il reçoit des copines ? Il est discret, et nous, nous essayons de ne pas être envahissants. Mais nous sommes lucides. Nous ne pouvons pas exiger de lui qu’il reste sage jusqu’à 30 ou 35 ans… »

 

Socialement correct

Même si sa situation n’a rien d’exceptionnel, Hadi fait assurément partie des privilégiés. « Les garçons et les filles issus de milieux favorisés peuvent multiplier les expériences, grâce à l’argent, à la voiture et à l’accord tacite de leurs parents, explique le Dr Smaïl Boulbina. Mais la grande majorité des jeunes Algériens non mariés vit dans la frustration. Ils peuvent difficilement aller au-delà du flirt, et leur vie sexuelle se limite le plus souvent à la masturbation ou à la sexualité virtuelle par Internet. L’irruption de la pornographie grâce aux paraboles, dans les années 1990, a provoqué un véritable séisme mental chez les plus jeunes, écartelés entre un monde réel fait de privations et un monde virtuel d’abondance et de licence. Il ne faut pas s’étonner qu’ils soient prêts à prendre tous les risques pour rejoindre clandestinement l’Europe. Ils la voient comme un pays de cocagne, comme une sirène qui les invite à l’Odyssée. »

Faute de statistiques fiables, l’âge des premiers rapports est très difficile à estimer, et se situe dans une fourchette de 18 à 25 ans pour les garçons. L’homosexualité, honnie et réprouvée, est largement pratiquée. Un tiers des hommes de l’échantillon interrogé en Tunisie par les équipes du professeur Haffani ont ainsi avoué avoir eu au moins une fois un rapport homosexuel. Mais, dans la même étude, les sondés étaient presque unanimes (77,3 %) à considérer celle-ci comme « la pratique la plus intolérable pour la société », loin devant l’adultère (12 %) et les relations hors mariage (7,7 %). Ce bel exemple de schizophrénie montre le fossé qui existe entre les comportements et un discours resté très conservateur.

La distorsion est encore plus flagrante quand il est question des femmes. Une écrasante majorité des Maghrébins, les deux sexes confondus, estime que la virginité est une règle sociale à sauvegarder. « Les femmes y sont attachées par souci du socialement correct. Elles ont intériorisé le modèle traditionnel, explique le Dr Jarraya. Et l’idée que leur femme est vierge et n’a jamais été possédée par un autre flatte l’orgueil des hommes. »

Les hommes ne sont pas les seuls à blâmer. Car leur misogynie est construite par des femmes : leurs mères. Un cercle vicieux pour l’instant impossible à briser, car les femmes sont les premières à entretenir le mythe de la virginité. Quitte à négocier de petits arrangements avec la vérité. La reconstitution des hymens est devenue un business juteux pour les gynécologues. Quant au nec plus ultra, les certificats de virginité de complaisance, délivrés par des médecins peu scrupuleux, ils peuvent coûter entre 6 000 et 7 000 dinars tunisiens (3 300-3 800 euros). Soit jusqu’à 35 fois le smic, mais ils trouvent preneurs.

« Le problème, poursuit le Dr Jarraya, c’est que les sociétés maghrébines sont en manque de modèles et de repères. Soumises à des influences contradictoires – occidentales et orientales –, elles traversent une véritable période de confusion identitaire. Et cela se ressent très fortement dans la sphère intime. » Chacun tente de bricoler des réponses. La réislamisation en est une. Le voile a opéré un spectaculaire retour en force. Mais, contrairement à une idée en vogue, les « moutahajibat » (les filles voilées) ne seraient pas forcément plus vertueuses ou plus prudes que les autres. L’habit ne fait pas la nonne. La question, brûlante, est le sujet d’un film marocain très controversé, Amours voilées. Aziz Salmy, son réalisateur, a délibérément transgressé un tabou en portant à l’écran la romance adultérine entre Batoul, jeune trentenaire, médecin, pieuse, et mère de famille, et Hamza, un divorcé et célibataire endurci, de vingt ans son aîné. Inutile de dire que ce long-métrage a reçu un accueil plutôt frais du côté des islamistes du royaume…

Par Samy Ghorbal 

© Jeune Afrique