Archives pour la catégorie Article Presse

Miroir ? Miroir ? dis moi qui est la plus belle?

Inspirées par la  belle-mère de Blanche Neige nous nous attardons sur notre miroir en nous posant inlassablement la même question « miroir miroir dis moi si je suis belle » .  Et, en fonction de nos humeurs ou de l’état de notre peau, le style de notre coiffure et autres considérations  , nous apprécions ou abhorrons l’image réfléchie par le miroir. Et si les miroirs n’existaient pas? Nous serions obligés de nous fier au regard des autres (partisans) ou  au reflet de l’eau ( souvent instable).  Et pourquoi pas tout simplement se fier à la façon dont on se sent à l’intérieur sa peau. Le regard des autres a un avantage certain sur les réflexions visuelles de nos images, il peut, – quand il est objectif- nous pousser à améliorer certaines anomalies. Au cours des dernières décennies, la femme africaine n’a –t-elle pas compromise son image influencée par les modèles occidentaux dont nous abreuvent les médias ? Ne sommes nous pas « colonisées » par les repères d’ailleurs qui en matière de morphologie, style vestimentaire et images globales semble constituer les nouveaux modèles à suivre ?

Se voir à travers les repères occidentaux:
Mince, le nez droit, les cheveux lisses et la peau claire. les poupées de notre enfance et les stars de cinéma ont largement contribuées à déformer notre vision de la beauté. Nos cheveux sont souvent trop crépus à notre gout, nos teints trop sombres , nos nez trop plats, nos derrières trop charnus, nos lèvres  trop charnues. En bref nous sommes – en version originale-  l’ante-poupée Barbie. En grandissant, nous nourrissons des  complexes de changement qui poussent souvent certaines d’entre nous à adopter des comportements radicaux. Qui n’a pas croisé dans une rue africaine une femme à la peau meurtrie et détruite par l’utilisation de produits éclaircissants cancérigènes. Les stars Afro- Américaines au teints clairs et aux cheveux parfaits ont largement contribués à instiller le poison destructeur dans l’inconscient des africaines. Sans oublier  bien sur le regard des hommes qui ont beau clamer qu’ils veulent des femmes naturelles mais qui souvent entretiennent une sorte de fascination pour les femmes claires aux longs cheveux. Info ou intox ? je n’affirme rien mais en sachant que l’homme est d’abord séduit par le physique je m’interroge…

Sky is the limit

Nous vivons dans un ère ou la biotechnologie  met à  notre disposition tous les outils du changements: Défrisage qui rendent plus lisse que lisse, crèmes éclaircissantes cancérigènes qui peuvent transformer une beauté ébène en panthère tachetée, chirurgie esthétique qui peut remodeler nos corps , redessiner nos lèvres ,même redresser nos narines et bien plus encore. Mondialisation quand tu nous possèdes jusque dans notre vision de nous! La créativité asiatique – hé oui encore eux-  nous a offert un monde de coiffures illimitées : des tissages , perruques, blond, roux, marron, bicolore , à la texture lisse, bouclée, ondulée, frisée soit court, soit long, soit mi-long…Les ongles se font griffes coupés  carrés, ronds ou autres grâce à des capsules en résine, gel, soie..
Ah j’allais oublier les cils : les faux cils qui ourlent les yeux et font des yeux de velours. Mais faux cils ne veut pas dire paquets!. Evitons les paquets et agrandissons ces yeux sans les alourdir. En effet, les possibilités d’améliorer notre apparence physique sont illimitées et trop souvent nous avons tendance à manipuler ces dernières avec excès. Alors même si tout est possible essayons de ne pas perdre notre identité en exagérant un processus qui au départ était censé nous embellir.

©Naboulove

Copyright Kabibi n°07

Les diktats de la mode ou le jeunisme

« Colonisées » par nos repères , nous succombons souvent à une mise en scène du corps différente qui dans certains cas ,au lieu d’embellir  enlaidit. Le spectacle le plus fréquent de Kintambo à Bandal et en parcourant le Bd du 30 Juin est souvent une vision d’horreur : une dame faisant fi de ses attributs physiques porte un haut cintrant un ventre proéminant, un jean stretch enserrant un postérieur protubérant, un tissage blond qui ferait fuir un épouvantail. Et la dame marche sans complexe heureuse d’avoir trouve mode à sa taille! Et là je n’ai qu’une pensée:  A quand le retour aux principes d’authenticité. Je m’imagine cette même dame en pagne laissant une fente coquine qui a chaque pas divulgue une jambe bien faite ou alors dans un flamboyant boubou en basin. Nostalgie des rues kinoises ou la femme aguichait avec une épaule, un sourire, des tresses magnifiques ou un Afro sensuel, et un regard langoureux. Elle retrouverait alors toute sa dignité et son élégance que le jeunisme ambiant lui a volé avec son propre concours. Alors devons nous suivre la mode ? Devons nous renoncer à nous embellir à tout prix ?

Suivre la mode ne veut pas dire sacrifier son intégrité physique en se ridiculisant, donc essayons quand même d’adapter nos vêtements à nos corps et non pas l’inverse. De même,  il n’est pas interdit de profiter des avancées de la science pour améliorer son grain de peau ou se avoir des cheveux longs et beaux. Mais n’oublions pas que le rôle d’embellissement perd tout son sens quand il fait faux. Alors oui à la mode, oui à la science pour révéler le meilleur en nous mais pas pour accentuer le pire .

©NABOULOVE

Kabibi 07  / 2011

La Kinoise, mythe ou réalité ?

Des ballades de Franco aux déhanchements  légendaires et habiles de Mbilia Bel , la femme de Kinshasa  , la « Kinoise » authentique a toujours suscitée fascination et respect dans toute l’Afrique. En effet suite à la politique d’authenticité imposé par Mobutu, la Kinoise s’est retrouvée forcée à adopter d’élégantes et seyantes  tenues Africaines , ce qui peut être a contribué  pendant des décennies à entretenir le mythe qui en faisait l’une des femmes les plus élégantes d’Afrique Centrale. Reconnues pour avoir tour de main, elles attachaient leur pagne avec une dextérité inégalée , laissant deviner la naissance de leur jambe perchées sur des talons vertigineux. Quel Brazzavillois, Ivoirien ou Kenyan n’a pas fantasmé sur la Kinoise représentée alors par des artistes telles que Mpongo Love, Abéti Masikini, Mbilia Bel ou Tshala Muana. D’aucun gardent  un souvenir vivace de cette conférence de chef d’Etat à  Yamoussokro en Côte d’Ivoire ou la Reine du Mutuashi a fait chavirer les têtes de plusieurs chefs d’Etats hôtes du vieux sage Houphouët –et le « vieux » lui-même d’ailleurs-. La Kinoise , le pire  cauchemar de la Brazzavilloise qui jusqu’à présent la qualifie de «  prédatrice » et de «  voleuse de mari ». Réputée de l’autre côté du fleuve Congo pour leur art culinaire , ainsi que leur beauté et leur séduction, les Kinoises , selon la légende urbaine en cours à Brazzaville, auraient  fait trembler plus d’un ménage. Néanmoins , avec les mutations dans la société au cours des 15 dernières années, le mythe de la Kinoise immortalisés par les peintres et Musiciens est-il toujours une réalité aujourd’hui en RDC ?


Le regard des artistes

La célébrité et le talent des artistes ex « Zairois » a certainement joué un grand rôle dans l’entretien du mythe. Kinshasa ou Kin Kiesse n’était-elle pas la capitale de la joie ? Les plus belles chansons d’amour Africaines reste sans aucun doute les rumbas du grand Zaire « congolaises » qui ont bercés nos enfances , avec des chansons phares de  Franco telles Mamu, Ah Mamu personnage intemporel qui nous renvoie à nos désirs secrets ;Masu ou la cougar  manipulée par le gigolo dans Mario? Portraits de femmes qui s’imbriquent si bien dans nos sociétés contemporaines. Je pourrais citer Simaro. Mayaulas, Carlito, Josky Kiambuta, Tabu Ley ,Madilu tous poètes ou plutôt troubadours dont la femme , et surtout la Kinoise haute en couleur est l’inspiration. En replongeant dans ces classiques mais aussi  plus récemment dans les rythmes enchanteurs de Koffi Olomide, Ferre Gola ou  Fally Ipupa,  on y  retrouve la femme congolaise.Une large diffusion de la musique Kinoise à travers le continent a créé une véritable passion et un engouement pour tout ce qui touche à la culture Kinoise. L’éclosion de nouvelles danses véhiculées dans toutes les capitales d’Afrique par les vidéos clips et ou se déhanchent avec souplesse et agilité des danseuses hyper sexy joue aussi un rôle majeur dans la construction du mythe. Mais la musique n’est pas le seul vecteur  cette spécifité culturelle Congolaise et plus spécifiquement de l’image de la femme Kinoise. Des artistes peintres et Maitres Congolais, de renommée internationale tels que Ndamvou , Lema Kusa mettent souvent en scène les femmes congolaises, affairées ou nonchalante, mais toujours séductrices et un brin aguichante sans pour autant se départir du fameux «  Mama pesa nzoto kilo ». Et essayez de les réinterpréter , je sais que vous vous y retrouverez les filles. Hmmm peut être. Ah la Kinoise! Combien de fois ai-je admiré mes tantes perchées sur leur talons aiguilles, le pagne nouée avec élégance et le libaya au design élaboré ? J’avoue que seule une vraie Kinoise a  pu me donner gout à l’art de porter le pagne, le transcendant en pièce « Fashion ».
Quelques fois au détour d’une rue Kinoise, je retrouve le profil type de la Kinoise mythique qui  me ramène à la femme noire telle que Senghor l’a magnifiée dans sa poésie « femme nue femme noire Vétue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté… » un hymne à la création humaine qui nous réconcilie avec notre identité. Dans les chroniques savoureuses du professeur Yoka Lye qui décrit avec espièglerie la kinoise « Moseka » , On ne peut que sourire en se retrouvant çà et là au fil de la lecture des traits de caractères caricaturés mais qui ravivent en nous une certaine nostalgie…
©Naboulove

Copyright Kabibi 07/ 2011

Le droit de Dire non!

Bizarre d’observer les remous crées par l’affaire Nafissatou Diallo versus DSK a New York dans les salons Africains  quand  on connait les statistiques Africaines notamment  la sinistre réputation mondiale de la RDC qui détient  le triste statut de pays le plus dangereux du monde pour une femme. Une fois de plus, nous Africains en général si aveugles , sourds et muets aux atrocités commises aux coins de nos rues, nous avons parlés, commentés, critiqués l’affaire en cours, créant des débats houleux entre personnes d’une même famille. Cependant, il ne s’agit pas ici de revenir sur les nombreux détails de l’affaire mais plutôt d’analyser les réactions des uns et des autres, notamment celles des Africains à travers le monde.

Lorsque les règles du jeu de la séduction ne sont pas respectées, ou que l’étape de la drague est inexistante, réduisant la femme a un simple objet sexuel on fait face a un délit grave qui dans de nombreux pays est juge au pénal. Et les Etats Unis sont un des pays qui condamne sévèrement le viol et le harcèlement sexuel –surtout quand le coupable est pauvre et ne peut s’offrir un ténor du barreau-.
Lors de séjours aux Etats Unis je ne comprenais pas très bien pourquoi les hommes fuyaient des le premier signe de résistance verbale ( alors qu’en Afrique le dragueur challengé se serait  se plié en quatre et affiné sa stratégie aux fins de faire céder sa proie). Une amie éclaira ma lanterne ,m’expliquant qu’une drague insistante peut juridiquement être assimilé a un « harcèlement » sexuel. Autres cieux, autres mœurs…

Néanmoins lorsqu’on entend et lis les nombreuses réactions des Guinéens de New York face à la situation de  la présumée victime Nafissatou Diallo on réalise que les mentalités Africaines n’évoluent pas beaucoup, même à 10.000 km … En effet l’un des responsable d’une association peule  – Ethnie à laquelle elle appartient- de New York condamne Nafissatou car « cela n’est pas correct pour une peule de travailler dans un hôtel« , je traduis en clair : si elle ne travaillait pas dans un hôtel , rien ne lui serait arrivé . Le Sieur va jusqu’à dire « qu’elle ne trouvera plus jamais de mari dans sa communauté », Ah ouais, c’est elle qui est la présumée victime mais c’est elle qui est stigmatisée. Comme quoi le bon vieux proverbe qui dit qu’un bout de bois pourra rester longtemps dans un marigot il ne deviendra jamais un crocodile trouve tout son sens. Mais l’intervient qui m’a le plus choquée est celle d’une dame représentante du RPG  (parti au pouvoir en Guinée) la condamne pour avoir sali l’image de la Guinée à l’étranger. Bel exemple de solidarité féminine! Ces commentaires surréalistes emanant de personnes qui auraient normalement dus la soutenir – au moins par patriotisme- font échos aux nombreux commentaires des Africains sur le net. Là aussi, le machisme prévalent dans nos sociétés condamne une fois de plus la femme Africaine. Elle est jugée, son apparence physique est décortiquée « femme assez jolie », son niveau d’éducation est évalué « quasi illettrée » etc. Et le fond du problème? Il passe presqu’au second plan. Cela me rappelle dans une certaine mesure, les multiples raisonnements sans queue ni têtes de certains et certaines –oui les femmes aussi – qui considèrent certaines victimes de viols comme les coupables :  » sa jupe était trop courte », « ses tenues sont sexy »  « son tissage est trop long » et autres absurdités qui confirment que nous avons un long chemin à parcourir avant que les femmes vivent une émancipation de fait sur le continent.
Et les femmes mariées victimes de viol conjugal? Et les nombreuses jeunes filles données en mariage a peine pubère et violées par leur soi disant époux et les centaines de milliers de femmes abusées en silence au vu et su de tous. Elles sont coupables aussi? Peu de voix s’élèvent pour commenter ces réalités de nos pays…
Alors, en revenant sur ce qui s’est passé ce jour là au Sofitel de New York , et en tenant compte de la législation en vigueur aux USA, même si les 2 protagonistes avaient été nus, le « NON » de Nafissatou aurait du être pris en compte (le cas échéant) par le coupable présumé… Donc que l’on soit nus, habilles, sexy ou pas , une femme a le droit de dire non à son partenaire, et ce dernier qui dispose d’un cerveau doit pouvoir se soumettre à la volonté de la femme. N’est ce pas cela la différence entre l’homme et l’animal? La maitrise, la réflexion bref l’utilisation du cerveau au delà des instincts!
La couverture du très sérieux time magazine du 30 Mai 2011 , motivé par la fameuse affaire en cours a  brisé un tabou avec un titre évocateur et controversé «  Qu’est ce qui fait agir les hommes de pouvoir comme des porcs ? ». Au final la plupart dans la plupart des cas évoqués, les hommes impliqués ont su manipulés le système et les médias pour continuer leur vie. Comme avant.  « Ces hommes dits « grands » ou de « pouvoir » pensent ils être au delà de ces règles élémentaires? En ce qui me concerne, je vois peu de différence entre les criminels qui sévissent impunément à l’Est de la RDC détruisant sans répit la vie des 48 femmes de 15 a 49 ans violées par heure – selon la dernière étude publiée début juin 2011 dans le journal américain de santé publique- et ces hommes détenteurs d’une certaine aura politique ou financière qui asservissent et détruisent la vie de nombreuses femmes dont les voix ne seront jamais entendues. Non mes sœurs vous n’avez pas à avoir honte et sachez que vous n’êtes pas responsable du manque de maitrise de certains être dont le comportement s’apparente plus à celui d’un animal sauvage en costume cravate. L’affaire Nafissatou Diallo- DSK a mis en lumière la perception biaisée  de la femme noire libre dans un pays étranger par sa propre communauté. A ce jour DSK est présumé innocent mais Nafissatou qui a osé parler et accuser est culpabilisée pour avoir fait entendre sa voix, privilège de peu de femmes d’Afrique. Alors au lieu de juger, observons et analysons les faits , et espérons que de nombreuses Nafissatou Diallo oserons briser le silence à l’avenir .
©Naboulove 2011 copyrighted

Article paru dans le magazine Kabibi Juil/Aout 2011

 

Le courage de changer

«Le courage est cette qualité supérieure qui nous permet de faire face d’un coeur égal aux multiples désagréments de la vie. Aller de l’avant, ne jamais reculer devant les difficultés, voilà le courage véritable.» Sangaré Oumar

Avoir le courage de changer de vie, d’arrêter de s’ennuyer, d’être frustrée et envie de vivre pleinement et audacieusement est le challenge auquel chacune de nous est confrontée quotidiennement. Arrêtez d’attendre le bon moment pour vous transformer en papillon, révéler vos couleurs et prendre votre envol. Le meilleur moment pour réaliser vos projets de vie, ce n’est pas demain, ni quand vos enfants grandiront ou que vous aurez plus d’argent, c’est maintenant !

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » Ghandi.

 Il est temps d’arrêter de geindre, de vous plaindre et surtout de  tenir pour responsable de votre vie morose  et sans éclat votre passé, vos parents, votre éducation, votre mari, vos enfants et enfin tous les autres facteurs externes qui  selon vous sont les motifs de votre frustration. Arrêtez ! Et si au lieu de rejeter la responsabilité  sur des facteurs exogènes, vous preniez quelques minutes pour vous recentrer sur vous-même. Maintenant, préparez-vous à assumer pleinement la responsabilité de vos actions. Seule une attitude courageuse face à vos choix antérieurs vous affranchira de vos prisons intérieures. Rappelez-vous : c’est vous qui avez choisi ce mari ! C’est encore vous qui avez arrêtez vos études pour vous marier ! C’est vous qui ne demandez pas cette augmentation ! C’est encore vous qui repoussez au lendemain vos projets ! Ah ça y est vous acceptez le rôle principal que vous jouez dans votre vie ? Maintenant, que vous endossez totalement le fait d’être le seul maître à bord, vous devriez vous sentir  prête à faire le grand saut vers la réalisation vos rêves. Mais gardez en mémoire le principe universel : « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ».Vous devez oser dire non à l’immobilisme et enfin commencer à vivre.

« Chaque homme doit inventer son chemin. » Jean-Paul Sartre

 Il est difficile marcher vite avec un lourd fardeau, il en est de même dans la vie. Pour avancer, libérez-vous du passé, laissez le derrière vous et  concentrez vous  entièrement sur le présent. Que voulez-vous dans votre vie? Etes-vous totalement satisfaite de votre situation professionnelle, personnelle, etc.?  Que changeriez-vous pour être plus heureuse ?  Répondez à ces questions par une phrase claire ; exemple : Je souhaiterais perdre 10 kg , apprendre l’anglais et postuler pour un poste dans une agence des Nations Unies. Vous n’y arrivez pas ? Prenez le temps de réfléchir, munissez vous d’un papier et d’un stylo puis  répondez-y. Maintenant que avez clairement énoncé ce que vous voulez faire de votre vie, faites un bilan de vos ressources et compétences : avez-vous la formation nécessaire pour devenir la nouvelle directrice commerciale de votre entreprise ? Avez-vous les moyens de quitter votre boulot pour ouvrir cette Galerie d’Art qui vie dans vos rêves ?

« Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie. » Johann Wolfgang Von Goethe

Prenez le temps de vous auto –évaluer de façon objective. Et ensuite lister clairement ce qui vous manque en étant très spécifique : -Un Master , un business plan, etc. Maintenant que vous avez une check list très précise, vous allez devoir penser à un plan d’action afin de mobiliser les ressources indispensables à votre projet.  Et à la question  « comment vais-je faire ? » , je vous donne une réponse très simple : « demandez ». Oui. Demandez à vos amis qui sont déjà dans ces positions ou qui ont des relations dans le domaine qui vous intéresse. Tout le monde a dans son entourage une personne qui a déjà un commerce ou qui occupe la fonction dont vous rêvez dans une entreprise concurrente. Contrairement aux idées reçues, les autres se feront un plaisir de vous assister. Alors il est temps pour vous maintenant d’agir afin de transformer vos rêves en réalité. Personne ne pourra changer votre vie à votre place.

Agir ne veut pas dire s’agiter dans mille directions ou parler de ses projets à tout bout de champ  mais plutôt avoir un PLAN, le respecter et surtout être responsable de sa vie à 100%. Chaque petit pas accompli en direction de son objectif est une victoire sur vous-même. Répétez vous cette affirmation : « Aujourd’hui je prends ma vie en main » plusieurs fois par jour et agissez en accord avec elle. A partir de maintenant entourez-vous de personnes positives et constructives et efforcez vous d’éviter les commérages de salon sans intérêt. Rappelez-vous que vous avez une vie à vivre et de grandes choses à accomplir. Donc ne perdez pas votre précieux temps, utilisez le à la réalisation de votre projet. Gardez un petit carnet en permanence dans votre sac et inscrivez-y vos idées. Inspirez vous de grandes personnalités artistiques  ou politiques, lisez des articles sur leur vie ou leur biographie. Vous apprendrez que le changement, l’évolution est soumis à divers facteurs mais que la réussite est soumise aux trois P: la pratique, la patience et la  persistance.

« On devient fort par ses échecs, non par ses succès » Coco Chanel

Chaque pas même  en arrière est une avancée. Sachez transformer les obstacles en opportunités, car quand « Dieu ferme une porte, il ouvre toujours une fenêtre ».  vous Vous êtes prête à enfin vivre votre vie, n’attendez plus , bannissez les excuses et commencez à œuvrer pour votre auto -satisfaction maintenant!

©Naboulove

Article International Working Lady n°1

LE PRINCE CHARMANT EST UNE GRENOUILLE !

 

Vous en avez rêvez, et enfin le « plus beau jour » de votre vie est arrivé. Vous gardez en mémoire et en photos le souvenir de votre robe de Princesse, de la pièce montée, des fleurs arrangées en somptueux bouquets, du  bal dansant jusqu’à l’aube et surtout l’allure fière de vos parents qui enfin mariaient leur fille .  Trêves de rêveries, une fois les froufrous et les robes de soirées rangées, une autre vie vous attend : la vie de femme mariée. Mais O rage ! O désespoir ! Le Prince Charmant s’est peu à peu transformé en horrible grenouille coassante. Et oui, Maman ne vous avez pas préparée à la période Post-Jour J. Vous savez cette période ou la magie se transforme en une réalité affreuse : « je n’aime pas les tomates », «  si je ne sors pas , tu ne sors pas », « c’est quoi cette robe horrible ! ». Mais ou est donc passé le Prince que vous avez épousé ? Ou est la fée ?  Ou plutôt quelle est la sorcière qui a transformé votre homme charmant en grenouille infâme.

Arrêtez de chercher partout, mais plutôt rendez vous à l’évidence, le mariage c’est plus qu’une journée de rêve et des parents heureux. Bienvenue dans la vraie vie avec ce qu’on appelle le quotidien. Oui en voulant vous marier à tout prix, vous avez omis une donne essentielle à la vie de couple : la gestion du quotidien. En effet, roucouler pendant des années peut se transformer en un cauchemar quand on n’intègre pas la notion de vivre ensemble tous les jours. Il est désordonné, vous êtes maniaque. Il est jaloux possessif, vous êtes hyper indépendante. Vous êtes bavarde, il est plutôt taciturne. Etc. Vous êtres deux individualités condamnées à vivre ensemble pour le meilleur et surtout pour le « pire ». Je ne suis pas négative mais au contraire frappée d’hyper réalisme car un mariage heureux et réussi relève d’un parcours de combattant encore plus ardu que la recherche de « l’homme de sa vie ».

Comment gérer le quotidien ?

Je sais j’ai touché une corde sensible, car vous vous reconnaissez immanquablement dans cette description- et si vous la trouvez surannée, présentez moi vite le  frère de votre homme ! -. Alors à quoi se résume le quotidien ? Reprenons ensemble l’emploi du temps d’une journée type et vous aurez l’esprit clair :

 1-Le réveil : Et oui, le moment tant attendu et redouté est arrivé, l’œil  hagard, les traits tirés, la bouche pâteuse vous vérifiez s’il est encore endormi pour vous levez sur la pointe des pieds , vous asperger le visage d’eau florale et vous gargariser de Listerine. Si le Prince Charmant perd de sa superbe qu’il n’en soit pas de même pour la Princesse. A vous de faire un grand sourire lorsqu’il se réveille avec la tête de Shrek (géant au grand cœur) et l’haleine pas très chevaleresque. Après tout l’amour est aveugle et peut être aussi insensible aux odeurs.

2-Le partage de la salle de bain : Madame ne pouvait pas imaginer qu’un homme reste plus longtemps qu’elle dans la salle de bain et qu’il la laisserait dans un état oscillant entre la mare au Canard et une piscine. Alors là non ! non ! et re-non ! Faites comprendre à Doudou que vous êtes son épouse , pas sa mère ni sa bonniche alors vous voulez bien lui changer ses serviettes mais de là à  passer la serpillère après chacun de ses passages…

3-Le choix des vêtements : Finalement assortir la cravate au costume et à la chemise est une opération bien plus complexe qu’assortir un slip et un soutien gorge. Sans oublier le super 150’ qui ne doit ni briller, ni avoir un seul pli. Un conseil : recruter un expert en repassage. Et aider le à choisir en lui suggérant une couleur :Bleu, rose, marron ou gris. Impliquez  vous dans son processus de sapologie. Et oui, ils sont coquets en plus.

4-Le petit déjeuner : Avant vous pouviez sauter le petit déjeuner ou vous prélasser devant la télé. Tout a une fin. Vous pensiez avoir épousé un homme adulte et responsable. En fait c’est un gros bébé qui attend que vous fassiez tout pour lui , alors secouez vous et servez le , accompagnez le à table. Cendrillon ne vous avez pas dit tout ça…

5-La logistique : Il déteste que vous touchiez à sa voiture. Zut ! Vous pensiez tout partager . Et bien non les maris n’aime pas prêter leurs voitures. Alors faites vous déposer, faites vous offrir une voiture ou recruter un chauffeur. Comment vous le prendriez vous, s’il vous empruntait votre sac fétiche. Ben voilà !!!

6-Le management du ménage : Il jette tout sens dessus dessous et vous devez absolument aller au bureau ? Dilemme … soit vous former la nounou (de préférence, vieille, moche et rabougrie), soit vous rentrez plus tôt. Désolée mais ce sont les joies du mariage. Ou alors vous pouvez faire le jeu de la résistante et laisser tout en l’état, mais je ne vous le recommande guère car ce sont les enseignements de Maman qui risquent de s’en trouver égratignés.

7-Le choix des menus de déjeuner et diner : « Je ne mange pas la cuisine des bonnes » …Oh la la catastrophe en la demeure ! Vous n’aviez pas prévu autant de féodalité venant d’un garçon aux manières si polies (du verbe polir bien sûr). Le MBA aux Etats Unis ne l’a pas transformé, mais alors là pas du tout. Astuces : savoir ce qu’il aime ou pas et mettre le développement de votre côté. C’est ainsi que Tupperware, congélateur et Micro-onde retrouvent leurs lettres de noblesse. En effet préparez deux fois par semaines –avec l’assistance technique de votre nanny- stockez dans les tupperware, congelez les et avec la magie des ondes, le tour est joué. Vous pouvez quand même faire faire le foufou et le riz, n’est-ce pas ?

8-L’heure du retour : Ah canapé mon canapé comme il me plaisait de me vautrer en ton sein à chaque retour à la maison. Réveillez vous, cette période est révolue – sauf quand il voyage-, à moins que vous ne vouliez être taxée de femme paresseuse ? Non, c’est bien ce que je pensais. Quand on a un mari, on a une maison à gérer, pas de temps pour la bagatelle appelée farniente. Allez au boulot !

9-Le repas du soir : Rebelote scénario du petit déjeuner mais en plus long et plus stressant, sans oublier les invités non attendus. Donc une fois de plus gestion domestique oblige. Bon vous avez des plats au congélateur n’est-ce pas ? Alors de quoi vous plaignez vous. Une maitresse de maison africaine doit savoir gérer les imprévus et l’imprévisible. Au secours maman ! Cest fini vous êtes Madame X et c’est lui le pourvoyeur maintenant – pardon les féministes mais la réalité à la maison  n’est pas très égalitaire-.

11-La télécommande -objet de discorde- : Soirée Foot sur Canal , ou débat politique à la RTNC quand il y a la nouvelle saison de  Greys Anatomy qui bat son plein …Oh misère ! Mais le pire c’est qu’il vous veut à ses côtés. Que d’émotions ! Ecoutez ce n’est pas la fin du monde et puis il y a des dvd clubs. Ok ?

12-Le cellulaire – objet diaboliquement indispensable-: On ne parle pas au cellulaire avec les copines pendant des heures quand chéri est là, on ne tripatouille pas son Blackberry, ou son Ipad. Mais ce qui vaut pour nous vaut pour lui. Comment l’en dissuader ? Faites tout ce qu’il fait avec la même intensité que lui et observez le du coin de l’oeil. S’il se plaint alors réponse presque gentille, «  mais chéri comme tu étais occupé avec ton téléphone, j’en ai profité ».Hum ? Il aura bien vite compris le message. Autre chose, on évite –autant que faire se peut- de fouiller le cellulaire de l’autre. Evitons les migraines, après tout il vous a épousé en bonne et due forme alors zen attitude. Vous êtes au contrôle.

13-La Salle de Bain bis (rebelote) : remake du matin ; essayez peut être de prendre une douche à deux, de lui mettre de la crème sur le dos et plus si affinités…interdit aux moins de 18ans.

14-Histoires Nocturnes : Il dort tôt et vous êtes une couche-tard ? Décidément les romans à l’eau de rose devraient être interdits à la lecture car ils ne vous ont pas préparé à ça. D’ailleurs votre mère non plus. Vous avez encore envie de lire et lui vous veut à ses côtés quand il va se coucher – à la même heure que les poules-. Coupez la poire en deux : gardez vous une ou deux  soirée lecture ou solitaire et pour les autres rejoignez votre aimé. Savez vous que le monde pullule de femmes célibataires qui rêveraientt d’avoir un mâle dans leur lit. Et puis quoi, s’il ronfle ?

Alors Princesse armez vous de courage, de bonne humeur et surtout de plein d’amour car le Prince Charmant comme vous l’avez compris, est une grenouille.

©Naboulove  PARU DANS KABIBI MARS 2011