Archives pour la catégorie Article Presse

Devenez la Maitresse de votre mari.

Il vous a choisi entre toutes pour partager sa vie pour le meilleur et pour le pire et devenir la mère de ses enfants. Alors arrêtez de jouer à la vierge effarouchée tout simplement parce que vous appartenez au club des épouses. Si j’écris , c’est parce qu’en discutant avec mes amies , sœurs, parentes mariées ,  il me semble qu’elles abandonnent le meilleur du temps de leur s époux à d’autres femmes. S’il vous plait , ne me dites pas qu’il vous tient la main en public alors qu’il vous touche à peine en privé. Vous avez tout faux , archi faux , vous êtes sa partenaire légitime et vous vous devez mutuellement des nuits endiablées et torrides. Arrêtez les bigoteries derrière lesquelles vous vous réfugiez , en passant vos nuits à l’église ou en essayant de remplacer un érudit Islamique. Il est permis d’être désinhibée avec son mari. Alors au lieu de geindre et de vous plaindre à propos de ses nombreuses copines et maitresses « fantômes » -souvent des accusations non fondées-  avec laquelle ou lesquelles il semble profiter de la vie, levez vous et #reprenezlepouvoir dans votre foyer.Chaque jour est une opportunité pour un nouveau départ, même après de longues années d’ennui . Il est l’homme de votre vie , le seul et l’unique , ne finissez pas aigrie ou en quête d’un amant  pour  vous combler (c’est un péché même si le Pasteur de votre église devient  votre amant ) . N’est-ce pas plus simple de mettre en œuvre le plan de devenir « la maitresse de votre mari ». Alors si vous êtes une “Desperate Housewife” d’Afrique, fantasmant de nuits d’amour chaudes et sensuelles, ces quelques idées vous permettront de marquer la différence dans l’intimité de votre chambre à coucher. Il est possible que votre époux soit un peu surpris au début ou un peu suspicieux mais accrochez vous, c’est VOTRE mari & comme vous êtes déjà la mère de ses enfants, il n’y a aucun mal à devenir une parfaite  maitresse et amante.

Bien sûr avec les aléas du quotidien, vous ne pourrez pas être sur le pied de guerre 24/24 mais je vous en conjure Mesdames , ne lui ouvrez pas la porte pour qu’il aille voir dehors si l’herbe est plus verte. C’est vous qui détenez le pouvoir : il rentre chaque jour à la maison, et il se doit de manger vos repas qu’il le veuille ou non. Alors ouvrez vos tiroirs et sortez tous vos dessous sexy, vos aphrosiaques, vos accessoires coquins et épices de femmes que vous gardiez en attendant “demain”. Le moment est arrivé. Alors Mme membre du Club des femmes mariées , donnez vous la possibilité de devenir une femme pleinement satisfaite sexuellement.

 

1-    Ce n’est pas parce qu’il votre époux devant Dieu et devant les hommes que vous devez le considérer comme un acquis. Rendez vous indispensable, soyez à son écoute, devenez son amie, son alliée, sa confidente; méritez sa confiance. Arrêtez un peu votre cinéma d’épouse emmerdeuse toujours à se plaindre et critiquer et laisser le partager librement ses pensées avec vous, sans stress, ni arrières pensées. Soyez son amante et sa muse intellectuelle. On ne se repose pas sur ses lauriers.

 

2-    Petit rappel: Il s’agit de plus que le partage d’un lit ou vivre sous le même et même exhiber une alliance avec fierté. Il s’agit de faire de ces moments d’intimité une somme d’instants mémorable de temps en temps (je suis consciente que cela ne sera pas tous les jours mais de temps en temps) la réalité, c’est quand vous lui rappelez les frais de scolarité et autres. Laissez un peu d’espace aux fantasmes et créer des moments d’exception pour votre homme . Je suis certaine que vous avez des idées mais que vous n’avez jamais osé , il est temps pour la phase de mise en œuvre…Si vous ne pouvez pas vous laisser aller avec l’homme dont vous partagez la vie, ne vous plaignez pas s’il ne vous touche que rarement … Jetez aux oubliettes tous les taboos africains représentant la femme «l’épouse » « moissi ya Ndako » comme une pseudo-sainte ..Au diable les clichés , vous avez aussi besoin de vous sentir désirée et cela ne sera possible que si vous maintenez un climat erotico-passionel entre vous…au boulot les dames.

 

3-    Le facteur surprise . Arrêtez de déblatérer sans fin sur vos déjeuner entre copines et de commérer sur la femme du voisin…Cultivez le mystère , soyez imprévisible, surprenante, et non pas toujours facile à déchiffrer comme un livre. Ayez un travail, une passion, une vie , existez en tant que femme hors du domicile conjugal. Donnez lui l’opportunité de pensez à vous, de lui manquer , afin qu’il puisse vous poser des questions.

 

4-    Vous aimez vos enfants inconditionnellement, n’est ce pas? Essayez de lui donner ce genre d’amour, sans bien sur vous transformer en carpette. Votre objectif est de reconquérir l’intimité et la connexion que vous partagiez. Avant. Apprenez à lui faire confiance. S’il ne vous aimez pas , il ne vous aurez pas épousé. Ne donnez pas l’occasion au premier idiot (ou à la première idiote) de venir critiquer le père de vos enfants. Vous lui devez confiance, intimité, discrétion et respect. Et quoiqu’il arrive hors des frontières de votre environnement familial , dont vous n’avez pas été témoin , ne vous regarde en rien tant que vous êtes une épouse respectée et choyée. Apprenez à relativiser.

 

5-    Evitez de mentionner nommément l’autre ou les autres femme- s’il y en a- avec aigreur et haine – C’est votre homme après tout. Soyez subtile, stratège, mure et faites lui plutôt ressentir ce qu’il rate en étant séduisante, attirante , sexy , douce et souriante quand il est avec vous. Si vous avez un message à faire passer , ne soyez pas agressive…COMMUNIQUEZ  le  n’attaquez pas .On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre.

 

6-    La créativité/l’innovation sont cruciales, comme vous le savez les hommes ont constamment besoin d’être challengés afin de mettre leurs sens en émois, alors pas d’hésitation, : attachez le au lit , utilisez des menottes , des plumes, faites lui des massages etc. Amenez le à faire l’amour dans différentes pièces de la maison ou même dans la salle de bain. Sortez de la chambre en innovant et en initiant de nouveaux jeux entre vous… Sexter (sms coquins) lui un message sur vos dessous sexy pendant que vous diner en face en face au restaurant ou envoyer lui une image coquine de vous lorsqu’il est en voyage. Enterrez votre timidité. Osez lui décrire en quelques mots de façon explicite les projets que vous avez pour lui .. chéri, si je t’attrape, je vais te faire mourir de plaisir…

 

 

7-    Les préliminaires, la majorité des hommes apprécie les caresses buccales & je reste persuadée que de nombreux Africains se sentiraient plus libérés au lit avec leurs épouses si elle se montrait un peu plus liberée au lieu de jouer aux saintes Nitouches. La glace , le nutella, le miel, les glaçons, autant de choses disponibles pour épicer vos soirées . Et s’il vous plait je ne veux pas entendre « c’est pour les blancs ». Erreur fatale. Une fois de plus c’est votre homme, alors laisser vous allez et amusez vous.

 

8-    Escapade: Sortez de chez vous. Ne me dites pas qu’il n’y a pas d’hôtels dans votre ville? Vous n’avez pas besoin de sortir de la ville pour enflammer votre mariage du feu du désir. Un changement de décor peut se transformer en facteur d’excitation. Pourquoi ne pas le retrouver pour un after hour dans une chambre d’hôtel ? Ravivez le désir… Et dès que vous pouvez, un weekend en amoureux  hors de la ville peut vous aider à reconnecter émotionnellement avec votre moitié. Proposez lui

 

9-    Relooking . Toutes les fantaisies sont permis en présence exclusive de votre mari. Mais à bannir, le liputa et le t-shirt ainsi que la robe en pagne confortable. Non !Non ! Non ! Recycler vos mini robes pour vos diners ou soirées en tête à tête avec lui. Un peu de rouge à lèvres, une nouvelle coiffure, du vernis à ongles rouge, de la dentelle, de la soie…Soyez une femmes à multiples facettes exsudant le désir pour son homme , heureuse de lui faire plaisir et prête pour un feu d’artifice sexuel.

 

10- Eveil des 5 sens; j’ai tendance à me répéter mais je persiste et signe: il ne s’agit pas que de sexe, mais aussi titiller ses papilles gustatives, en cuisinant avec de nouvelles épices ou faites lui des cocktails spéciaux à boire, utilisez de nouvelles senteurs sur votre corps et aussi dans votre maison, offrez lui la vision d’une femme plus sensuelle , d’une maison propre, le toucher d’une peau soyeuse et écoutez des rythmes langoureux de rumba vintage à danser collé serré, de zouk, ou tout simplement les bons vieux classiques tels que Sexual Healing , I wanna sex you up-,Ayez un voix plus douce, posée et tranquille… & à vous de jouer.

 

 

Alors utilisez votre pouvoir , ne le laissez pas vous échapper juste parce que vous avez l’alliance. Soyez aux commandes, faites des efforts et devenez la maitresse de votre mari.

« Be empowered because you are powerful »

©Naboulove

Il est temps de Briser le silence

Mon Cri du cœur de la Journée Internationale de la femme

« Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier.» MLK

J’ai une histoire à raconter, une mémoire à partager, des témoignages à pérenniser et ce, pour que, comme moi chaque jour au moment de la journée ou vous vous plaindrez de l’eau qui manque ou des coupures d’électricité et autres désagréments de notre quotidien Kinois, vous pensiez à ces centaines de milliers de femmes qui sont meurtries physiquement et moralement par les hordes de violeurs qui sévissent à l’est de la RDC –entre autres-.

Faisant fi des études et des chiffres, je souhaite simplement que du confort de nos maisons et dans la sécurité de notre routine quotidienne l’on se souviennent des Francoise, Honorine, Marie ,des mères des sœurs, des filles qui n’aspiraient qu’à vivre une vie normale. Mais un jour , leurs villages et maisons ont été investis par des chevaliers de la Haine, miliciens ? militaires ? FDLR ? FARDC ? Une chose est sure, ce sont des barbares déshumanisés qui menacent , violent et tuent sans distinction d’âge. Dans ma mémoire reste gravée à jamais le témoignage radiophonique d’une femme de 80 ans qui d’une voix lente, chargée d’émotions et de douleur racontait comment des monstres à visage humain l’avait violée à 10 ou 15 , elle ne savait plus…Ils l’avaient laissé pour morte sur le bas côté… D’autres femmes violées et battues sont capturées puis retenues captives comme esclave sexuelle pendant une durée indéterminée. « Johnny mad Dog » et « Blood Diamonds » ne sont pas que des films de fiction. L’horreur n’arrive pas qu’au Liberia , ou en Sierra Léone… Elle existe là dans les limites de nos frontières…Elle interpelle le monde entier : Hilary Clinton, Margot Wallstrom, Ben Affleck, Charlize Theron, Rosario Dawson, etc.etc. En effet vous reconnaissez là de grands noms de Hollywood ou des antres du pouvoir, qui malgré leur emploi du temps chargé se rendent régulièrement au Kivu pour soutenir ces femmes et surtout l’action de Vday dans cette région. Cette association de défense de droit des femmes créée par Eve Ensler , dramaturge fémininiste qui a ouvert la “Cité de la joie” à Bukavu dont la première promotion de femmes formées et reconstruites physiquement et émotionnellement par une équipe de personnes dévouées est sortie le 28 Janvier 2012. Quel écho à Kinshasa ? Aucun…Juste le silence

« A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis. »Martin Luther King Jr

Nous sommes toutes coupables, pas seulement nous les femmes du Congo mais les femmes d’Afrique en Général … Je suis loin d’être une activiste, ou une experte en la question mais finalement je ne me plus continuer à faire semblant. Comme si les viols qui sévissent ici et là ne me regardaient pas. J’écrit peut être pour partager ma culpabilité –car je suis loin d’être innocente…- . De nombreux articles traitent de la malédiction des minéraux, des rapports d’experts analysent en profondeur les incidences de la guerre du Rwanda, et autres faits marquant de l’histoire récente et contemporaine du pays. Alors je ne me hasarderai point à répéter des faits, des statistiques, des rapports. Mais il est important de rappeler l’impunité flagrante dont bénéficient les coupables de ces crimes , il apparait que moins de 5% des cas recensés ont été jugés …Nombreux sont ceux qui circulent librement s’adonnant à toute sorte de traffics. Doit-on continuer à se taire, à aller aux mariages de la haute société, manger dans les grands restaurants et faire le tour du monde en classe affaire en fermant les yeux sur ce qui se passe juste au coin de la rue. Non . Il est temps de refuser la fatalité et ne serait-ce qu’admettre le fait que la situation est révoltante, en discuter entre amies, sensibiliser nos frères, maris, pères et fils dont l’image pâtit en premier lorsque le Congo est qualifié de « Pays le plus dangereux pour les femmes »…Brisons le silence , essayons au moins d’agir car quand on sait que 40% des coupables de viols sont des civils , on ne peut plus se sentir indifférente car les civils sont parmi nous. Je me demande comment ai-je pu vivre aussi longtemps dans un pays sans que ma conscience soit perturbée par ces actes de Barbaries décriés de Londres à Sydney en passant par Washington et Genève ?

Néanmoins avec du recul – sursaut de ma conscience torturée- je suis peu fière à chaque fois lors d’un voyage à l’étranger, je dis aux gens que je vis en RDC et que lorsqu’ils semblent inquiets pour moi , je réponds avec assurance et contentement « mais non je vis à Kin, et tout va bien » … Et pourtant la RDC a été tristement baptisée « Capitale Mondiale du Viol » … Alors comment puis je répondre que « tout va bien ». Alors que pendant que « je vais bien » dans ma vie 48 femmes se font violer chaque heure dans le pays ou selon moi « la vie est belle ». Et ces statistiques sont plus que des chiffres ce sont des vies brisées, des femmes qui en viennent à vivre avec la haine de soi , des épouses , des sœurs, des filles, des mères rejetées par leur communauté parce qu’elles ont été souillées. Des destins qui ont basculés du fait de la folie des hommes…

Mais lors de mes lectures , ce qui m’a le plus alarmé, c’est la progression de cette gangrène qu’est le viol dans la société Congolaise. En effet , des études ont montré que la barbarie s’est étendue au-delà des zones de conflit et qu’elle touche de plus en plus les femmes dans les zones urbaines , notamment à Kinshasa qui sont abusées par un mari , un voisin, un parent …

“Ces femmes au Congo, mendient juste pour vivre , elles ne mendient pas de l’argent, seulement le droit de vivre en sécurité dans leur pays”. Christine Schuler Deschryver

Je ne saurais trouver les mots pour dire le respect, l’admiration et la gratitude que j’ai pour des personnes comme Mme Christine Schuler de Schryver Directrice de la Cité de la Joie à Bukavu et le Dr Mangwete du Panzi Hospital. En dépit de l’adversité , des conditions de travail difficile, de l’environnement sécuritaire précaire , ces congolais ont dévoués leur vie à la reconstruction psychologique, émotionnelle et morale de femmes meurtries dans leur chair. Leurs efforts combinés ont permis de redonner espoir à de nombreuses femmes mortes-vivantes en arrivant au centre.

Mais la phrase de Mme Schuler-Deschryver soulève le voile sur la cause profonde du problème :« le droit de vivre en sécurité dans leur pays » . Au-delà de la parité, les femmes du Congo doivent pouvoir circuler sans craindre d’être prise pour cible . La question du genre telle qu’elle est traitée ne doit pas faire l’impasse sur la REALITE : la congolaise n’est pas en sécurité dans son pays.

« Appeler les femmes « le sexe faible » est une diffamation ; c’est l’injustice de l’homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes. » Gandhi

« Ce dont j’ai été témoin au Congo m’a brisée et changée pour toujours. Je ne serai plus jamais la même. Aucun de nous ne devrait plus jamais être la même personne. » Eve Ensler

Cette année quand nous participerons à ces manifestations du 8 mars, organisées par nos sociétés ou associations, n’oublions pas les fondamentaux : la journée de la femme est une journée de rappel et de revendication et non pas seulement une journée de fêtes. N’oublions pas la situation des 400.000 femmes déjà violées et des 1152 qui seront violées le jour ou nous paraderons avec nos pagnes uniformes. Donc faisons circuler ce messages, avec nos possibilités, nos moyens et osons lever la voix pour que nos sœurs, filles, mères et grand-mères puissent aller aux champs sans trembler, et dormir dans leur maison sans crainte. Car demain l’une d’entre nous peut être la victime.

« Les femmes soutiennent la moitié du ciel » adage Japonais

« Je le dis parce que je crois que ce qu’on ne dit pas, on ne le voit pas, on ne le reconnaît pas, on ne se rappelle pas. Ce qu’on ne dit pas devient un secret et les secrets souvent engendrent la honte, la peur et les mythes ». Eve Ensler

COPYRIGHT ©Naboulove

Paru dans Kabibi 13 de Mai 2012

Sources
Vday.org
Etude Oxfam/Harvard initiative humanitaire 2010
AJPH avec l’ International Food Policy Research Institute de l’université Stony Brook à New York, Banque Mondiale, partiellement financé par le gouvernement américain
Dans une étude de l’”American journal of public health” 22.5% des viols perpétrés dans leur échantillon l’étaient par un mari ou un partenaire intime, non par des soldats qui écument à travers les villages. Un taux de viol excessivement élevé a été trouvé dans la province de l’Equateur

Selon Anthony Gambino ex Directeur USAID au Congo « 40 ans de déclin économique et politique au Congo » pourrait expliquer l’incidence élevée du viol en RDC
International Food Policy Research Institute de l’université Stony Brook à New York, Banque Mondiale, partiellement financé par le gouvernment américain

Miroir ? Miroir ? dis moi qui est la plus belle?

Inspirées par la  belle-mère de Blanche Neige nous nous attardons sur notre miroir en nous posant inlassablement la même question « miroir miroir dis moi si je suis belle » .  Et, en fonction de nos humeurs ou de l’état de notre peau, le style de notre coiffure et autres considérations  , nous apprécions ou abhorrons l’image réfléchie par le miroir. Et si les miroirs n’existaient pas? Nous serions obligés de nous fier au regard des autres (partisans) ou  au reflet de l’eau ( souvent instable).  Et pourquoi pas tout simplement se fier à la façon dont on se sent à l’intérieur sa peau. Le regard des autres a un avantage certain sur les réflexions visuelles de nos images, il peut, – quand il est objectif- nous pousser à améliorer certaines anomalies. Au cours des dernières décennies, la femme africaine n’a –t-elle pas compromise son image influencée par les modèles occidentaux dont nous abreuvent les médias ? Ne sommes nous pas « colonisées » par les repères d’ailleurs qui en matière de morphologie, style vestimentaire et images globales semble constituer les nouveaux modèles à suivre ?

Se voir à travers les repères occidentaux:
Mince, le nez droit, les cheveux lisses et la peau claire. les poupées de notre enfance et les stars de cinéma ont largement contribuées à déformer notre vision de la beauté. Nos cheveux sont souvent trop crépus à notre gout, nos teints trop sombres , nos nez trop plats, nos derrières trop charnus, nos lèvres  trop charnues. En bref nous sommes – en version originale-  l’ante-poupée Barbie. En grandissant, nous nourrissons des  complexes de changement qui poussent souvent certaines d’entre nous à adopter des comportements radicaux. Qui n’a pas croisé dans une rue africaine une femme à la peau meurtrie et détruite par l’utilisation de produits éclaircissants cancérigènes. Les stars Afro- Américaines au teints clairs et aux cheveux parfaits ont largement contribués à instiller le poison destructeur dans l’inconscient des africaines. Sans oublier  bien sur le regard des hommes qui ont beau clamer qu’ils veulent des femmes naturelles mais qui souvent entretiennent une sorte de fascination pour les femmes claires aux longs cheveux. Info ou intox ? je n’affirme rien mais en sachant que l’homme est d’abord séduit par le physique je m’interroge…

Sky is the limit

Nous vivons dans un ère ou la biotechnologie  met à  notre disposition tous les outils du changements: Défrisage qui rendent plus lisse que lisse, crèmes éclaircissantes cancérigènes qui peuvent transformer une beauté ébène en panthère tachetée, chirurgie esthétique qui peut remodeler nos corps , redessiner nos lèvres ,même redresser nos narines et bien plus encore. Mondialisation quand tu nous possèdes jusque dans notre vision de nous! La créativité asiatique – hé oui encore eux-  nous a offert un monde de coiffures illimitées : des tissages , perruques, blond, roux, marron, bicolore , à la texture lisse, bouclée, ondulée, frisée soit court, soit long, soit mi-long…Les ongles se font griffes coupés  carrés, ronds ou autres grâce à des capsules en résine, gel, soie..
Ah j’allais oublier les cils : les faux cils qui ourlent les yeux et font des yeux de velours. Mais faux cils ne veut pas dire paquets!. Evitons les paquets et agrandissons ces yeux sans les alourdir. En effet, les possibilités d’améliorer notre apparence physique sont illimitées et trop souvent nous avons tendance à manipuler ces dernières avec excès. Alors même si tout est possible essayons de ne pas perdre notre identité en exagérant un processus qui au départ était censé nous embellir.

©Naboulove

Copyright Kabibi n°07

Les diktats de la mode ou le jeunisme

« Colonisées » par nos repères , nous succombons souvent à une mise en scène du corps différente qui dans certains cas ,au lieu d’embellir  enlaidit. Le spectacle le plus fréquent de Kintambo à Bandal et en parcourant le Bd du 30 Juin est souvent une vision d’horreur : une dame faisant fi de ses attributs physiques porte un haut cintrant un ventre proéminant, un jean stretch enserrant un postérieur protubérant, un tissage blond qui ferait fuir un épouvantail. Et la dame marche sans complexe heureuse d’avoir trouve mode à sa taille! Et là je n’ai qu’une pensée:  A quand le retour aux principes d’authenticité. Je m’imagine cette même dame en pagne laissant une fente coquine qui a chaque pas divulgue une jambe bien faite ou alors dans un flamboyant boubou en basin. Nostalgie des rues kinoises ou la femme aguichait avec une épaule, un sourire, des tresses magnifiques ou un Afro sensuel, et un regard langoureux. Elle retrouverait alors toute sa dignité et son élégance que le jeunisme ambiant lui a volé avec son propre concours. Alors devons nous suivre la mode ? Devons nous renoncer à nous embellir à tout prix ?

Suivre la mode ne veut pas dire sacrifier son intégrité physique en se ridiculisant, donc essayons quand même d’adapter nos vêtements à nos corps et non pas l’inverse. De même,  il n’est pas interdit de profiter des avancées de la science pour améliorer son grain de peau ou se avoir des cheveux longs et beaux. Mais n’oublions pas que le rôle d’embellissement perd tout son sens quand il fait faux. Alors oui à la mode, oui à la science pour révéler le meilleur en nous mais pas pour accentuer le pire .

©NABOULOVE

Kabibi 07  / 2011

La Kinoise, mythe ou réalité ?

Des ballades de Franco aux déhanchements  légendaires et habiles de Mbilia Bel , la femme de Kinshasa  , la « Kinoise » authentique a toujours suscitée fascination et respect dans toute l’Afrique. En effet suite à la politique d’authenticité imposé par Mobutu, la Kinoise s’est retrouvée forcée à adopter d’élégantes et seyantes  tenues Africaines , ce qui peut être a contribué  pendant des décennies à entretenir le mythe qui en faisait l’une des femmes les plus élégantes d’Afrique Centrale. Reconnues pour avoir tour de main, elles attachaient leur pagne avec une dextérité inégalée , laissant deviner la naissance de leur jambe perchées sur des talons vertigineux. Quel Brazzavillois, Ivoirien ou Kenyan n’a pas fantasmé sur la Kinoise représentée alors par des artistes telles que Mpongo Love, Abéti Masikini, Mbilia Bel ou Tshala Muana. D’aucun gardent  un souvenir vivace de cette conférence de chef d’Etat à  Yamoussokro en Côte d’Ivoire ou la Reine du Mutuashi a fait chavirer les têtes de plusieurs chefs d’Etats hôtes du vieux sage Houphouët –et le « vieux » lui-même d’ailleurs-. La Kinoise , le pire  cauchemar de la Brazzavilloise qui jusqu’à présent la qualifie de «  prédatrice » et de «  voleuse de mari ». Réputée de l’autre côté du fleuve Congo pour leur art culinaire , ainsi que leur beauté et leur séduction, les Kinoises , selon la légende urbaine en cours à Brazzaville, auraient  fait trembler plus d’un ménage. Néanmoins , avec les mutations dans la société au cours des 15 dernières années, le mythe de la Kinoise immortalisés par les peintres et Musiciens est-il toujours une réalité aujourd’hui en RDC ?


Le regard des artistes

La célébrité et le talent des artistes ex « Zairois » a certainement joué un grand rôle dans l’entretien du mythe. Kinshasa ou Kin Kiesse n’était-elle pas la capitale de la joie ? Les plus belles chansons d’amour Africaines reste sans aucun doute les rumbas du grand Zaire « congolaises » qui ont bercés nos enfances , avec des chansons phares de  Franco telles Mamu, Ah Mamu personnage intemporel qui nous renvoie à nos désirs secrets ;Masu ou la cougar  manipulée par le gigolo dans Mario? Portraits de femmes qui s’imbriquent si bien dans nos sociétés contemporaines. Je pourrais citer Simaro. Mayaulas, Carlito, Josky Kiambuta, Tabu Ley ,Madilu tous poètes ou plutôt troubadours dont la femme , et surtout la Kinoise haute en couleur est l’inspiration. En replongeant dans ces classiques mais aussi  plus récemment dans les rythmes enchanteurs de Koffi Olomide, Ferre Gola ou  Fally Ipupa,  on y  retrouve la femme congolaise.Une large diffusion de la musique Kinoise à travers le continent a créé une véritable passion et un engouement pour tout ce qui touche à la culture Kinoise. L’éclosion de nouvelles danses véhiculées dans toutes les capitales d’Afrique par les vidéos clips et ou se déhanchent avec souplesse et agilité des danseuses hyper sexy joue aussi un rôle majeur dans la construction du mythe. Mais la musique n’est pas le seul vecteur  cette spécifité culturelle Congolaise et plus spécifiquement de l’image de la femme Kinoise. Des artistes peintres et Maitres Congolais, de renommée internationale tels que Ndamvou , Lema Kusa mettent souvent en scène les femmes congolaises, affairées ou nonchalante, mais toujours séductrices et un brin aguichante sans pour autant se départir du fameux «  Mama pesa nzoto kilo ». Et essayez de les réinterpréter , je sais que vous vous y retrouverez les filles. Hmmm peut être. Ah la Kinoise! Combien de fois ai-je admiré mes tantes perchées sur leur talons aiguilles, le pagne nouée avec élégance et le libaya au design élaboré ? J’avoue que seule une vraie Kinoise a  pu me donner gout à l’art de porter le pagne, le transcendant en pièce « Fashion ».
Quelques fois au détour d’une rue Kinoise, je retrouve le profil type de la Kinoise mythique qui  me ramène à la femme noire telle que Senghor l’a magnifiée dans sa poésie « femme nue femme noire Vétue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté… » un hymne à la création humaine qui nous réconcilie avec notre identité. Dans les chroniques savoureuses du professeur Yoka Lye qui décrit avec espièglerie la kinoise « Moseka » , On ne peut que sourire en se retrouvant çà et là au fil de la lecture des traits de caractères caricaturés mais qui ravivent en nous une certaine nostalgie…
©Naboulove

Copyright Kabibi 07/ 2011

Le droit de Dire non!

Bizarre d’observer les remous crées par l’affaire Nafissatou Diallo versus DSK a New York dans les salons Africains  quand  on connait les statistiques Africaines notamment  la sinistre réputation mondiale de la RDC qui détient  le triste statut de pays le plus dangereux du monde pour une femme. Une fois de plus, nous Africains en général si aveugles , sourds et muets aux atrocités commises aux coins de nos rues, nous avons parlés, commentés, critiqués l’affaire en cours, créant des débats houleux entre personnes d’une même famille. Cependant, il ne s’agit pas ici de revenir sur les nombreux détails de l’affaire mais plutôt d’analyser les réactions des uns et des autres, notamment celles des Africains à travers le monde.

Lorsque les règles du jeu de la séduction ne sont pas respectées, ou que l’étape de la drague est inexistante, réduisant la femme a un simple objet sexuel on fait face a un délit grave qui dans de nombreux pays est juge au pénal. Et les Etats Unis sont un des pays qui condamne sévèrement le viol et le harcèlement sexuel –surtout quand le coupable est pauvre et ne peut s’offrir un ténor du barreau-.
Lors de séjours aux Etats Unis je ne comprenais pas très bien pourquoi les hommes fuyaient des le premier signe de résistance verbale ( alors qu’en Afrique le dragueur challengé se serait  se plié en quatre et affiné sa stratégie aux fins de faire céder sa proie). Une amie éclaira ma lanterne ,m’expliquant qu’une drague insistante peut juridiquement être assimilé a un « harcèlement » sexuel. Autres cieux, autres mœurs…

Néanmoins lorsqu’on entend et lis les nombreuses réactions des Guinéens de New York face à la situation de  la présumée victime Nafissatou Diallo on réalise que les mentalités Africaines n’évoluent pas beaucoup, même à 10.000 km … En effet l’un des responsable d’une association peule  – Ethnie à laquelle elle appartient- de New York condamne Nafissatou car « cela n’est pas correct pour une peule de travailler dans un hôtel« , je traduis en clair : si elle ne travaillait pas dans un hôtel , rien ne lui serait arrivé . Le Sieur va jusqu’à dire « qu’elle ne trouvera plus jamais de mari dans sa communauté », Ah ouais, c’est elle qui est la présumée victime mais c’est elle qui est stigmatisée. Comme quoi le bon vieux proverbe qui dit qu’un bout de bois pourra rester longtemps dans un marigot il ne deviendra jamais un crocodile trouve tout son sens. Mais l’intervient qui m’a le plus choquée est celle d’une dame représentante du RPG  (parti au pouvoir en Guinée) la condamne pour avoir sali l’image de la Guinée à l’étranger. Bel exemple de solidarité féminine! Ces commentaires surréalistes emanant de personnes qui auraient normalement dus la soutenir – au moins par patriotisme- font échos aux nombreux commentaires des Africains sur le net. Là aussi, le machisme prévalent dans nos sociétés condamne une fois de plus la femme Africaine. Elle est jugée, son apparence physique est décortiquée « femme assez jolie », son niveau d’éducation est évalué « quasi illettrée » etc. Et le fond du problème? Il passe presqu’au second plan. Cela me rappelle dans une certaine mesure, les multiples raisonnements sans queue ni têtes de certains et certaines –oui les femmes aussi – qui considèrent certaines victimes de viols comme les coupables :  » sa jupe était trop courte », « ses tenues sont sexy »  « son tissage est trop long » et autres absurdités qui confirment que nous avons un long chemin à parcourir avant que les femmes vivent une émancipation de fait sur le continent.
Et les femmes mariées victimes de viol conjugal? Et les nombreuses jeunes filles données en mariage a peine pubère et violées par leur soi disant époux et les centaines de milliers de femmes abusées en silence au vu et su de tous. Elles sont coupables aussi? Peu de voix s’élèvent pour commenter ces réalités de nos pays…
Alors, en revenant sur ce qui s’est passé ce jour là au Sofitel de New York , et en tenant compte de la législation en vigueur aux USA, même si les 2 protagonistes avaient été nus, le « NON » de Nafissatou aurait du être pris en compte (le cas échéant) par le coupable présumé… Donc que l’on soit nus, habilles, sexy ou pas , une femme a le droit de dire non à son partenaire, et ce dernier qui dispose d’un cerveau doit pouvoir se soumettre à la volonté de la femme. N’est ce pas cela la différence entre l’homme et l’animal? La maitrise, la réflexion bref l’utilisation du cerveau au delà des instincts!
La couverture du très sérieux time magazine du 30 Mai 2011 , motivé par la fameuse affaire en cours a  brisé un tabou avec un titre évocateur et controversé «  Qu’est ce qui fait agir les hommes de pouvoir comme des porcs ? ». Au final la plupart dans la plupart des cas évoqués, les hommes impliqués ont su manipulés le système et les médias pour continuer leur vie. Comme avant.  « Ces hommes dits « grands » ou de « pouvoir » pensent ils être au delà de ces règles élémentaires? En ce qui me concerne, je vois peu de différence entre les criminels qui sévissent impunément à l’Est de la RDC détruisant sans répit la vie des 48 femmes de 15 a 49 ans violées par heure – selon la dernière étude publiée début juin 2011 dans le journal américain de santé publique- et ces hommes détenteurs d’une certaine aura politique ou financière qui asservissent et détruisent la vie de nombreuses femmes dont les voix ne seront jamais entendues. Non mes sœurs vous n’avez pas à avoir honte et sachez que vous n’êtes pas responsable du manque de maitrise de certains être dont le comportement s’apparente plus à celui d’un animal sauvage en costume cravate. L’affaire Nafissatou Diallo- DSK a mis en lumière la perception biaisée  de la femme noire libre dans un pays étranger par sa propre communauté. A ce jour DSK est présumé innocent mais Nafissatou qui a osé parler et accuser est culpabilisée pour avoir fait entendre sa voix, privilège de peu de femmes d’Afrique. Alors au lieu de juger, observons et analysons les faits , et espérons que de nombreuses Nafissatou Diallo oserons briser le silence à l’avenir .
©Naboulove 2011 copyrighted

Article paru dans le magazine Kabibi Juil/Aout 2011