Archives pour la catégorie Africa

L’hommage de Graça Machel à Winnie Mandela

C’est en des mots émouvants que la veuve de Mandela a écrit une lettre d’hommage à Winnie Mandela :

C’est avec un coeur lourd que je m’adresse à toi aujourd’hui.

Alors que je je lutte pour accepter ton depart , je trouve une certaine consolation dans le fait que tu t’es elevé pour devenir l’une des etoiles les plus brillantes dans le ciel ou tu demeureras eternellement et brilleras radieusement . Tu continueras de là haut à servir de guide à ta famille aimante , à ta nation reconnaissante , à notre Afrique bien aimée ainsi qu’au monde .

La vie extraordinaire que tu as menée est un exemple de résilience puissante et de passion inextinguible qui est une source d’inspiration pour nous tous sur la manière d’affronter courageusement les défis avec une force et une détermination inébranlable.
Merci pour ta sagesse brillante, ta défiance à toute épreuve et ton elegante beauté .

Heureusement , les etoiles brillent plus intensément pendant les heures les plus sombre. Je sais que tu continueras à illuminer notre ciel, même au travers des tempêtes et des nuages . Ton héritage sera une balise inspirante dans laquelle nous pourrons continuer à puiser des conseils et de la force pendant les temps difficiles.

Tu aimais ton peuple d’un amour inconditionnel et tu as sacrifié tellement pour notre liberté. Ma priere est qu’alors que des hommages à ta mesure te sont faits aussi bien chez nous qu’à l’étranger, xhacun de nous integre les valeurs que tu as contribué à modeler et à faire éclore .

En tant que Nation j’espère que nous resterons aussi fier et déterminés que tu l’a été dans la défense et la protection de nos droits. Comme la plus brillante de nos étoiles , tu continues à être la lionne qui protège ses enfants et ses petits enfants. Réchauffe leur coeur , afin que ton départ même s’il les secoue, qu’il ne brise pas leur esprit.
Ton Héritage est pérenne . Repose en paix car tu le mérites ma Grande Soeur.
Avec Amour et Respect pour toujours

Graça Machel Veuve Mandela

Traduction Nabou Fall

On ne revient pas indemne du Forum de Saint-Louis …

Déjà, la route vous invite vers cette ville où le temps semble s’être arrêté. En traversant Thiès, ça et là des charrettes tirées par des chevaux où des ânes  nous renvoient  des images  anachroniques. Les baobabs de la savane majestueux et certainement centenaires nous saluent au passage, de leurs statures imposantes. , les Pastèques géantes ornent les bas côtés de la route, les vanneries multicolores nous font des clins d’œil. Tivaouvane la Sainte, bastion de la Tidjaniyya au Sénégal nerveuse à l’approche imminente du Gamou du Maouloud ne nous laisse pas indifférentes. Puis Guéoul, qui m’émeut , réveille mes souvenirs et tiraille mes cicatrices. C’est la ville où mon père est enterré. La ville où je venais saluer ma Grand-mère paternelle et mes Badienes (tantes paternelles)  lors de mes séjours au Sunugal. Je récite quelques sourates censées garantir le Paradis à tous mes ancêtres qui sont au cimetière. Nous roulons au son de Wally Seck et Sidiki Diabaté … Quand enfin, Ndar s’ouvre à nous, agitée et vive, fiévreuse et séduisante. Le pont Faidherbe symbole d’hier et d’aujourd’hui nous accueille sur son lit de métal.

Direction Poste de Logistique, Hôtel Rognat, Place Faidherbe où la belle Aita, qui n’a pas ménagé d’efforts pour gérer les hébergements nous attribue une chambre Keur Dada.

Saint-Louis nous y sommes, le Forum tant attendu, tant annoncé, tant espéré est là à quelques mètres de nous. Prêt à nous happer par son énergie, sa diversité, sa richesse.

Les Dakarois timorés et curieux m’ont maintes fois interrogée sur le thème. A chaque interrogation, j’essaie de leur expliquer que ce Forum tel que Doudou Diaw l’a rêvé il défie la règle  » ce qui se conçoit clairement s’énonce clairement « . Quand on rencontre Doudou , on est à face à un rêveur, un visionnaire, un bâtisseur , un humaniste d’une extrême générosité. Il ne s’encombre pas de phrases. Ses rêves il les partage, et si on est prêt pour l’aventure on se met en condition pour vivre cette utopie avec lui. Le monde entier est au rendez vous autour du Bateau Bou El Mogdad. Ici et là je retrouve des familiers : cousins, cousines, amis d’enfance venus de Paris , Abidjan où Dakar . Je reconnais des célébrités du monde de l’art, de la musique où de la Presse. Je retrouve l’Afrique du Nord, l’Afrique Centrale, en bref le monde entier est là prêt à expérimenter la vision de Doudou. Sans hésitation,  nous sommes venus sûrs que des moments d’exception nous attendaient, des instants d’émotions que seuls un visionnaire peut créer et surtout transmettre. Les scientifiques, les financiers , les artistes , les écrivains , les stylistes , les bohèmes , les chefs cuisiniers , les mannequins , les musiciens , les entrepreneurs ,les blogueurs,  les fous , les rêveurs , les illuminés, les ambianceurs, les artistes… Nous sommes tous là, euphoriques, heureux, en même temps curieux et impatients. Notre groupe éclectique et atypique se fond à Saint-Louis la séduisante et l’authentique. Nous fusionnons avec la ville, spectateurs d’un défilé de mode bigarré et artistique mettant en scène la créativité de la mode sénégalaise. L’altière Princesse Esther Kamatari s’invite sur le podium pour inspirer quelques sourires aux mannequins. L’artiste mon ami et frère Franck Fanny en fait de même. La foule jubile, les fous rires et les applaudissements fusent. C’est ça le Forum ! De l’improvisation, du cœur, le don de soi , des rires et des sourires spontanés  . Les scripts ne sont pas figés, ils évoluent et s’inventent au cours du temps , en fonction des espaces, de l’énergie  .

« Et si nous allions en boîte ? »  Émet jovialement un ami grand juriste Dakarois  après le spectacle du soir. Nous sommes sortis retrouver  un grand banquier de la sous région á l’Iguane Café. L’esprit décomplexé et positif du Forum nous habite tous. Ceux qui sont habitués aux grands rendez-vous de ce monde ont ressentis la même chose : Saint-Louis a pris le lead d’une Afrique qui s’assume et s’impose, une Afrique qui met en avant ses talents, ses intelligences et ses émotions pour une transformation effective et profonde.

Le plus grand choc a certainement été l’ouverture du Forum avec la musique Mandingue d’Ablaye Cissokho et le talent théâtrale de Nathalie Vairac. La rupture s’est déclarée dès le début : Inhabituelle  et profonde. L’Afrique se montre telle qu’elle est sans fards dans sa multiplicité et sa richesse, poétique, artistique et talentueuse.

Au Forum il n’y a pas d’élitisme, pas de discrimination par l’âge où la fonction, il n’y a que la richesse de l’humain qui est mise en valeur. La ville nous fait la fête et défile pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux Saint-Louisiens que nous sommes. L’énergie est débordante, le savoir est enrichissant. je reconnais ça et là Didier Acouetey, Jean-Louis Billon, Stan Zeze, Diane Audrey Ngako, Alain Nkontchou , Abdoulaye Coulibaly du Forum de Bamako, Fatou N’diaye de Black Beauty Bag, Ma copine Ouli Sarr, Mossadeck Bally, Franck Fanny, Sonia Rolland , Chef Coco , Chef Pierre Thiam, Fleur Pellerin ,Fatimata Ly … Le pari de Doudou est relevé haut la main, les panels sont riches, brillants et exceptionnels. L’expression est libre et libérée. je m’exalte, je m’abreuve, je m’interroge. Les idées reçues sont bousculées, les opinions s’entrechoquent, l’Afrique est repensé sans intellectualisme ni pédantisme mais avec générosité, humanité, authenticité et inclusion. Les panels sont passionnants et le format  interactif. Les panelistes sont en milieu de salle en symbiose avec l’audience. La ville nous enveloppe de son charme. La déco made in Sénégal de notre hôtel Keur Dada  nous émeut ma cousine Safiya et moi, bassang au sol, couvre- lit en basin, rideaux en thioup , andou thiouraye aux effluves de gowê et d’encens dès le matin ;Vue sur le fleuve au petit déjeuner et jus de fuis locaux faits maisons délicieux.  Les personnalités sont humaines, sans artifices, humbles et sympathiques. Le rêve de Doudou est devenu une belle réalité, émouvante et sincère. Au Quai des Arts, le concentré d’énergies créatrices et positives est énergisant. Les égos sont restés sur la route, PDG, ministre, Influenceurs et autres célébrités sont justes là abordables et disponibles, le regard curieux et enjoué….

Le Forum de Saint-Louis bouscule tous nos sens. En effet les grands chefs du continent sont présents : Je retrouve Pierre Thiam que j’avais rencontré à New-York en 2015 et revois Coco Reinharz mon cousin du Congo qui nous avait régalés lors d’une soirée de Gala mémorable au début du mois de Novembre l’Ile Maurice. Mamane, Gohou et Digbeu nous font rire aux éclats dès la première soirée.  Les rencontres sont belles, les conversations brillantes. Réunir tous ces talents divers qui font notre fierté c’est  un message d’espoir fort.

La magie du concert de clôture me donne encore des frissons de bonheur : Ray Lema et Manu Dibango ensemble pour l’apothéose du Forum. Le piano et le saxo pour des rumbas qui me rappellent ma ville d’adoption Kinshasa. Finalement Saint-Louis c’est l’Afrique, et quand Helmie, Benji, Ménélik, Ange Fandoh, Nancy Murillo , Ablaye Cissokho montent sur scène pour un bœuf final nous ne savons plus si nous devons rire où pleurer devant le trop plein d’émotions . L’histoire retiendra ces moments pour la postérité. Dernières soirées pour les derniers échanges qui jusqu’au bout furent généreux et édifiants. Il y a de la magie dans l’air au Cocktail chez Doudou .J’ai trouvé l’Afrique dont j’ai toujours rêvée dans la ville de mes aïeules, étrange coïncidence. Escales shopping d’abord chez la styliste Rama Diaw qui m’avait préparée 3 belles tenues chatoyantes et élégantes puis virée à l’Expo vente de mon amie d’enfance le joaillier Kareem Fadika. Une véritable caverne d’Ali Baba des bracelets en pierres semi précieuses à porter par 5 où plus , des bagues en pierres précieuses , des colliers aux couleurs chatoyantes où une équipe joyeuses de femmes de gouts se sont fait plaisir . Le Forum de Saint-Louis c’est aussi ça une plateforme d’expositions ouvertes aux créatifs.

Au retour sur Dakar avec mes aînés Maguette et Gaby Lopes, nous nous arrêtons au comptoir « Au fil du fleuve » pour un petit déjeuner pas ordinaire qui a réveillé tous nos souvenirs d’enfance au Sénégal. Bourakhe, Siddem, bouille, fonde, confitures exotiques de Papaye basilic et farandoles de goûts, une véritable expérience gastronomique matinale dans un cadre magnifique décoré avec des meubles dessinées par notre hôtesse. Marie-Caroline à elle seule est une légende Saint-Louisienne. J’y reviendrai un jour. La balade continue dans la ville. Nous nous arrêtons au musée de la photo qui lui aussi nous nourrit de ses belles surprises. Je me retrouve nez à nez avec moi même immortalisée par Joana Choumali dans sa série « Résilientes ». Un  vrai retour aux sources pour moi Domou Ndar Internationale. Encore moi,  debout à côté de Faty dans un cliché vintage Vintage de Malick Welli pris quelques mois auparavant à Saint-Louis. Je réalise que ce Forum est plus qu’une conférence pour moi, c’est un parcours initiatique, un voyage au bout de moi même, un retour aux sources plein d’émotions et de questions sans réponses. Merci Doudou pour ce rendez-vous magique et surréaliste. Je ne sais pas vous mais moi je suis une autre moi plus Saint-Louisienne et donc plus Africaine. A bientôt Ndar, Je reviendrai!

©Nabou FALL

The Ugly menace of Rape in our society By Tunde Adeleye

In light of the recent armed robbery attack, and alleged raping of some of the 42 students of the Holy Rosary College, of Enugu state, around the Oke-Odo end of Sagamu-Benin Expressway during the Easter, it again underscores the disturbing recurring crimes prevalent in our society.

The issue of rape in Nigeria has long been a problematic one. Unfortunately for many years, it has been a trend which has continued unabated due to the ineffectual laws to hand out tougher and harsher prison sentences to perpetrators of such crimes in our society.

Little wonder that ongoing sexual abuse continues to be rampant in homes, schools and in the streets (the victims as young as 9 years old and the vile act usually committed by people the victims know and trust), many of which are unreported to the police giving the modicum amount of seriousness the case will receive.

On the surface, the sporadic events highlighting the issue of rape particularly when many girls are involved, brings to the fore a more deeper understanding of the sickening act.

With the way I view it, the police are powerless to stop the wave of attacks. Even the government, state or Federal seem reluctant to wage a relentless war on rapists, moreso when a « big man » with a big reputation is the perpetrator.

Hence, if we expect our legislators in the Nigerian National Assembly to pass laws to combat this crime, we will be bitterly disappointed to find out that it will amount to nothing.

Evidently, in Nigeria, rape is often not adjudged as a serious crime that warrants immediate judicial intervention (if any) and the eventual incarceration of the perpetrator of the crime. The case is simply swept under the carpet. No forensics done on the victim or the alledged perpetrator.
Even if the testimony of the victim is admitted, it is unlikely to see the light of day. The victim may even end up been chided for dressing too loosely to have aroused the sexual interest of the perpetrator.
Case closed, never to be reopened again regardless of any new evidence.
Be that as it may, rape, when it happens, is not necessarily about men exercising power over their powerless female victims. Sometimes it is beyond that, and altogether something that defies logic and human comprehension.

Since that is the case, it is plausible to state that it is a demonic activity and an uncontrollable force that has taken over the whole being of the perpetrator of the crime.

Haven’t we heard countless number of cases of incest, between father and daughter – mostly for ritualistic purposes to amass wealth? Undoubtedly it is a repulsive act that, even the daughter who is the victim, may not be aware of, having been subjected to incantations which would rob her memory of the sexual act.

The act may or may not be privy to
the wife of the perpetrator. In all, the victim may never have the opportunity to marry, as potential male suitors would be put off for one reason or the another, with the girl unable to figure out the reason behind such rejections

Notwithstanding her present state of mind, whether conscious or unconscious, the psychological trauma will be heavily weighted and engraved on the minds of the affected victims for life. Only a sustained dose of many years of counseling for the victims, is ever likely to be a source of treatment to overcome or alleviate such deep rooted traumas.

In many rape cases, such as the documented rape story, and orgy killings,
(Remember the 50 hapless people that were forced to lie down on the floor at gun point, and trampled upon by a luxurious bus on the Benin-Ore some years back?)
such occurrences are unquestionably necessitated by the need to fuel and re-fuel the demonic sacrifices for which the stupendous wealth of the so called « big men » in our society is derived from.
And yes, it is unmistakably true that this assertion unfortunately includes
some of the lawmakers you would expect to effect a real change in our society by enacting and enforcing laws that protects the human rights – particularly those of women and children – life, property, etc.
Undeniably, we live in a wicked world, where love, respect and kindless is fast becoming a rare commodity. It is at its lowest ebb. In fact, it is taking society back to the barbarian dark ages where the sanctity of live means nothing to anyone anymore.
Regardless, this is not to suggest that we should give up on the fight against societal ills. We simply need to recognize that majority of societal ills are perpetrated by sick individuals who have mortgaged their souls to the devil. Making a concerted effort to engage these people is akin to using a feather to kill a poisonous reptile.

No doubt, activism through NGO’s and the media is one way to go about it. This would merely bring it to the limelight. In the main, effective laws to stem the incessant attacks, as well as prosecute sexual offenders is another major step in the right direction that needs to be taken.

However, effective prayers to arrest the lamentable trend of crimes in our society still holds the key. We delude ourselves if we think otherwise.

Tunde  Adeleye

WAKE UP CALL

STOP VIOLENCE AGAINST WOMEN DAY

Being neither a feminist nor an activist of any sort,however,  I have been touched in my flesh,by the many abuses endured by women in my country of adoption:Democratic Republic of Congo. Too much hate, abuse, rape, and torture of all sorts are comitted against women by so called freedom fighters. Living in Kinshasa, I was never confronted personnally to any case but in the light of the recent atrocious event in Walikale in the eastern part, I lost it completely. I was on a trip abroad when watching CNN I heard the news that day of last august.Over 200 women were raped by Militias. This time the whole world aknowledged the drama and nightmare taking place since 1997 in the Eastern Part of the DR Congo. As I got back in Kinshasa, I saw older women testifying how they have been raped by 5,6,7 or more men. Why? Facing all the pain and hurt women are going through during conflicts, I got hit by a simple question: how can I make a difference? it is happening just next door. I went further, read more and discovered that another region Katanga was the scenery of child abuse and could be sadly nomitated as the world capital of incest. I will not bore you with figures, graphs and statistics but my request here is : should we continue staying in our comfort zone without trying to make a difference? Or should we look around as responsible men and women and identify the abuses around us in order to contribute? Thus having had a very interesting debate with some of my sisters from Northern Nigeria, I found out about some terrible abuse made to women, girls andd children covered up in the name of culture. So once again dear readers , open your eyes and your ears, People in N.G.O’s are not crazy or senseless, they are just sensible men and women trying to give a meaning to their lives by making a difference. And they is nothing such as a small gesture. If people living in New York, London or Stockholm do make a difference by contributing to many causes in Africa, why cant we?

Naboulove

ROOTS

Sunday, January 25, 2009 at 10:56pm

Who am i? Where do i come from? Coming from a certain family where used to count much more than money, i was raised keeping in mind the stories of my forefathers, always being remembered that wherever life takes me , i am who i am , the granddaughter of x and a descent of the last Kings of Senegal. A mixed heritage that i have been carrying proudly wherever the wind pushed me.. I was raised with old fashioned values that were supposedly in application in Senegal but my Mum didnt realize that whatever values were on in the early 70’s, they were no more really in in the 90’s with the shifts in our society where greed had replaced customs and values..But am soo grateful to have been taught old fashioned values they are worth billions to me and they have helped me evolve in various countries and cultures with a tolerant eye. Digesting and adapt those that attracted me and learning from the great school of life day after day.. Alex Haley researching his roots opened the door to a whole world to African Americans: yes they had a great great great Grand father named Kounta kinté, and they came from a proud nation.Many of our brothers in thd US undergo DNA test to identify their tribe of origin: fulani? Yoruba? Bantu? Always thd same question?: where do i come from ? What is the history of my family? I know some of u might think that its a useless knowledge but for me who has never really lived in the country where i was born , i really thank my Mum who has been giving me inside information on my family History, who made sure i would go to my village every time i step my foot in Senegal to greet my father’s mum.. And when my Mum’s father was alive, i made sure i was spending as much time as i could with him to learn about my Roots. Did that help me a lot to build my character?? I guess so! Cause knowing who u are and where u comd from will help u trace ur path and have a clearer vision on where u want to go.., or so i think. And each country i have been to, eacb person with his/her specificity, past, history has been a great school and study ground on my Life on going MBA degree.. And i am realizing that soooo many of us in spite of all the european influences are holding on to our roots no matter where we live and it is our strenght to walk through life with pride and dignity. As i said earlier this week my village is Goumbe Guéoul in Senegal but i have a village of heary in each country where i hv made brothers and sisters of heart. And this wealth is my heritage to my children. My heritage lives in me and will continue to live trough my children even if being Americans, they could become President of the USA but always reaffirm with pride like Barack Hussein Obama that his father is Luo from Kenya.tomorrow will tell. We grew from our roots and a tree separated from his roots wil fall and die…….