It’s time to Break the Silence

“An injustice to one is an injustice to all” Martin Luther King

Every day as African women we complain about electricity, water, this & that but do we think about the thousands of women raped in the Eastern part of DRC where rape has become a weapon -.

Let’s forget about endless studies & statistics. From the comfort of our homes & daily routine, let’s remember the Francoise, Honorine, Marie, mothers, sisters , girls who only aspired to live a normal life. But one day, their villages & homes got attacked by heinous armed gangs. Militias? Militaries? Pro-governments? Rebels? One thing is sure they are heartless barbarians who threaten, rape & kill blindly regardless of age. I remember the testimony of an 80 years old raped by 10, 15 men. She couldn’t remember…She was left for dead on the roadside, like an animal. To her own regrets, she had survived to the horror. Women are raped & beaten then kept prisoners as slave sex for an indeterminate period of time. « Johnny mad Dog »  & « Blood Diamonds»  are not just fiction movies. The horror happened for real in Sierra Leone, Liberia & happens everyday in DRC. When I see Hollywood stars & International figures like : Hilary Clinton, Margot Wallstrom, Ben Affleck, Charlize Theron, Rosario Dawson, etc. who travel regularly to the Eastern Part of Congo in Kivu to give their support to Vday’s action in that region I wonder where is the African sisterhood ? Vday , an NGO created by Eve Ensler the author of Vagina Monologue,  opened the City of Joy in Bukavu. The first class of women trained, emotionally & physically rebuilt graduated in January 2012.

«In the end, we will remember not the words of our enemies, but the silence of our friends. »Martin Luther King Jr

Women of Africa, women of the world, we are all guilty. I am not an activist or an expert on the topic but I can’t go on pretending nothing is happening. Maybe I am just writing to share my guilt, to stop behaving as  if  the rapes happening on my land were none of my business. The mineral malediction is well documented by expert reports analyzing deeply the consequences of Rwandan War in the Congo. What I want to emphasize here is the system where rapists don’t pay for their crimes. As of today, only 5% have been judged[1]…Many of them are free involved in all kinds of traffic. Should we continue pretending all is well. No. It is time for us to at least acknowledge  the facts & raise awareness around us. Congo might not be your country but Africa is our continent. Let’s break the silence sisters. Worst is when a study states that  40% of the rapists are civilians[2]. Can our conscious stay clear when these barbaric acts are condemned from London to Sidney & Washington to Geneva? We are Africans. We must care. We must condemn. At least.

However, I feel bad when I look back & think about my answer to people whenever I tell them I live in DRC. I usually answer carelessly with a confident  smile  « Oh everything is fine in Kinshasa … How can I say “It’s fine” when within the borders of the country I live in, 48 women[3]  are being raped each hour. The country has been sadly named “World Capital of Rape”. And these statistics are more than figures. They are broken lives, women who live with self-hatred. Wives, sisters, daughters, mothers rejected  by their communities. Fates destroyed by men’s madness. …

While doing researches what worried me the most is the growth of that gangrene within the Congolese society. Studies have shown that women in urban areas are more & more victims of rapists who happen to be a husband, a boyfriend, a neighbor, a relative[4]

 « What we don’t say becomes a secret, and secrets often create shame and fear and myths.». Eve Ensler

Fortunately some people like  Mrs Christine Schuler de Schryver  Manager of the City of Joy in Bukavu &Dr  Mukwege  from Panzi Hospital devoted their lives to save women hurt in their flesh & soul. Despite adversity & harsh conditions, these Congolese invested a lot of energy to restore them psychologically, morally & emotionally. Their joint efforts have given hope to many women who were more like zombies upon their arrival. The question is: are African women safe in their countries?  Beyond the gender issues , how secure is an African woman in a conflict zone?

«To call the women  » the weaker sex  » is a defamation; it is the injustice of the man to the woman. If the nonviolence is the law of the humanity, the future belongs to women.»Gandhi

« What I witnessed in Congo has shattered and changed me forever. I will never be the same. None of us should ever be the same.. » Eve Ensler

Next year, on march 8th, when we will celebrate International women’s day, let’s remember the basics : That day is to remember & claim women’s rights ,not just a get together. Share with your sisters the story of the 400.000 women that have already been raped in Democratic Republic of Congo. Remember  the 1152 that will be raped[5] on that day… Raise your voice so that our sisters, daughters, mothers & grandmothers can walk without fear & sleep peacefully. Tomorrow, anyone of us could be a victim.

©Naboulove (originally published in French  Kabibi Magazine in DRC 2012)

[1] Vday.org

[2] Etude Oxfam/Harvard initiative humanitaire 2010

[3]AJPH avec l’ International Food Policy Research Institute Stony Brook University New York, World Bank, partially funded by US Government

[4] ”American journal of public health” Study states that   22.5%  of the rapes within the sample was done either by a husband or an intimate partner not by soldiers or rebels

L’ambition : une question de genre ?

 « Les femmes bien élevées rentrent rarement dans l’histoire ! » Laurel Thatcher Ulrich 2007

Introduction

Je garde en mémoire le leitmotiv de ma mère : « ton travail sera ton premier mari ». En me le disant, elle me rappelait sans cesse sa propre  trajectoire de vie. Veuve à 20 ans, avec une petite fille de 4 ans. C’est l’éducation et le travail acharné qui lui ont permis de m’élever dans la dignité et de me donner le meilleur de tout.

Toute sa vie, elle s’est battue pour que ses enfants puissent avoir tout ce qu’elle même n’a pas eu. En retour, elle attendait de moi que je me batte pour ne jamais dépendre des autres. De toutes ses recommandations, il en est une qui m’a le plus marquée : « même si tu gagnes 100 000 F CFA, ils sont à toi. Avec cet argent, tu pourras te loger et subvenir à tes besoins, sans rien attendre de personne

J’avais alors 10 ans, et je n’ai jamais oublié. Habitée, pour ne pas dire obsédée par cet objectif permanent d’indépendance financière, j’ai gravi les échelons au sein de plusieurs entreprises avant definir par créer la mienne, il y a 10 ans.

Quelle perception les gens avaient-ils de moi ?  Admiratifs pour les uns, complexés pour d’autres et mal à l’aise pour la majorité. Je n’ai pas été programmée pour avoir un bon mari, mais plutôt pour avoir un bon boulot.Cela ne m’a pas empêché de rencontrer l’amour et d’avoir des enfants. Mais lorsque je me suis retrouvée mère célibataire, le conseil de ma mère a pris tout son sens. J’étais responsable de 2 innocents qui comptaient sur moi. Dans la posture qui était la mienne, se battre n’était plus une affaire de réussite. C’était devenu une nécessité, une question de survie.

Pourquoi est -ce qu’une femme ambitieuse est-elle généralement perçue comme agressive, voire détestable alors qu’un homme dans une situation similaire est loué pour son talent, son dynamisme, son entregent ?  Apparemment, l’ambition féminine dérange. Je ne vous dirai pas ce qu’est l’ambition, mais plutôt ce qu’elle n’est pas. En effet, être ambitieuse, ce n’est pas se prendre pour ce que l’on n’est pas. Ce n’est pas non plus être asexuée, froide ou méchante. Ce n’est pas aussi le STL ou « sexually transmitted » Leadership qui découle de faveurs obtenues au terme d’une promotion-canapé.

Non ! Ce n’est rien de tout cela et la fin, croyez-moi, ne justifie pas les moyens. Pour être prises au sérieux, nous devons nous-mêmes être sérieuses.

Être ambitieuse, ce n’est pas forcément viser à occuper un poste élevé dans la hiérarchie d’une entreprise ou dans une structure politique. C’est puiser dans son potentiel personnel pour se réaliser et, au terme d’un parcours du combattant, délivrer une valeur ajoutée à la communauté dans laquelle on vit. Avoir de l’ambition, c’est se poser en actrice du changement tout en vivant ses rêves sans complexes ni limitations.

C’est aussi, en retour, le droit d’exercer les fonctions méritées sans s’attirer des commentaires sexistes et discriminatoires. Combien de fois ai-je entendu des gens me dire: « Mme Fall, quand on vous voit vous avez l’air gentille, mais dès que vous ouvrez la bouche vous êtes comme un homme. »En pensant me faire un compliment, ces gens m’insultaient. Et je prenais mon air le plus aimable et leur répondais : « Je suis une femme qui fait ce qu’elle a à faire pour diriger convenablement une entreprise. »Comprenaient-ils le message que j’essayais de leur passer. J’en doute. A leurs yeux, leurs propos relevaient du compliment.

L’ambition, ce n’est pas gérer ou fonctionner comme le ferait un homme. Elle consiste à se réaliser à son propre rythme, à mettre en musique ses propres utopies, à leur donner corps, à assumer ses responsabilités entrepreneuriales et sociales, sans se soucier des quolibets et des à priori réducteurs.

Quand on examine les statistiques du Women Matter Africain de McKinsey, on note des disparités considérables entre l’Afrique de l’Ouest et le reste du continent. En effet, Nous sommes à la traîne. Comment faire pour rattraper ce retard dans l’accomplissement des Objectifs du Millénaire ?

Je vais prendre l’exemple du Rwanda où 64% des membres du parlement sont des femmes ainsi que 40% des membres du gouvernement. Dans l’espace CEDEAO, on est très loin de ce type de résultats statistiques. Néanmoins, le cas Rwandais nous prouve pourtant que c’est à notre portée et nous donne de l’espoir. N’est ce pas mesdames ?

Cet état de fait découle d’une politique délibérée du gouvernement et d’une volonté du Président Paul Kagamé de combler le Gender gap.  Notre rôle aujourd’hui,  au delà du networking et des réunions au sein de nos multiples associations féminines, c’est d’unir nos forces pour constituer un lobby fort et assez puissant pour pouvoir peser durablement  sur les politiques du genre dans nos pays.

Que devons nous faire ?

Il ne s’agit plus seulement de partager nos expériences, mais de nous inviter à la table où se prennent les décisions et d’influencer la conversation en faveur du rétablissement et de la consolidation de nos droits. Ce n’est pas une faveur que nous demandons, mais justice pour que nos ambitions puissent s’exprimer et que nos talents soient mis à profit du développement de nos pays.

Au delà de la volonté politique, nous sommes souvent notre propre frein. En effet,

  • Nous n’osons pas prendre le pouvoir qui nous est donné. Nous manageons en retrait par crainte d’être indexée comme arrogante. En face, les hommes n’hésitent pas. Comme le dit si bien Sheryl Sandberg, nous devons nous asseoir à la table car c’est notre droit et notre devoir en tant que responsables. Combien d’entre vous se reconnaissent ?
  • Le rêve de Cendrillon et de la belle au bois dormant ne nous appartient pas. Réapproprions nous les héroïnes africaines qui ne se mettaient pas en retrait : la Reine Pokou, Yaa Asantewaa, Aline Sitoe,  Amina de Zaria. Autant d’héroïnes effacées par les fables coloniales et les contes de Grimm. Au-delà des reines d’Afrique, nous avons nos aïeules : nos grand mères agricultrices ou commerçantes sont des exemples. Ma grand-mère que je n’ai hélas pas connue vendait du lait caillé dans les années 1940 et 1950. C’était une femme peule indépendante qui avait décidé de se prendre en charge et d’avoir son autonomie financière. Nos grands-mères ne pensaient pas aux congés de maternité. La grossesse et l’accouchement n’étaient pas considérés systématiquement comme des pathologies réductrices. Je me souviens encore de ma mère me répétant que l’accouchement n’est pas une maladie. J’ai donc eu mes Jumeaux un lundi matin. Et le mardi matin, je suis allée faire mes courses, comme si de rien n’était. Arrêtons donc de nous projeter dans des scénarii écrits par d’autres et qui risquent de briser nos ambitions et de freiner nos carrières. Une jeune diplômée touchée par le syndrome de Cendrillon réfléchira à sa vie de femme mariée professionnelle bien avant d’avoir rencontré le pseudo prince.

Do not Lean back !

  • Eduquons des filles sans complexes d’infériorité et des garçons féministes. J’ai personnellement gardé de mauvais souvenirs de mes cousins qui se la coulaient douce pendant que nous, les filles, devions assumer toutes sortes corvées de la maison pendant les vacances et les week-ends. Par conséquents, j’ai élevé mes fils à tout faire dans une maison : vaisselle, cuisine, rangement, ménage, nettoyage. Élevons des garçons qui sauront respecter et apprécier la place des femmes au sein de la société sans se sentir menacés ni diminués.

Le problème avec le genre c’est qu’il prescrit comment nous devons être au lieu de reconnaitre ce que nous sommes Chimamanda NA

 

  • Assumons nos compétences et notre savoir. Quand nous réussissons quelque chose nous les femmes avons tendance à sous-estimer nos prouesses er réalisations derrière une fausse modestie qui n’est autre que de la peur. La crainte d’être indexée comme prétentieuse. N’ayons pas froid aux yeux et n’hésitons pas à dire : cela a été une réussite parce que je suis compétente et j’ai travaillé dur pour parvenir à un tel résultat. Osons négocier pour obtenir ce que nous méritons et saisissons les opportunités qui nous sont offertes. Arrêtons de nous auto-flageller, de sous-estimer nos capacités et compétences. Yes you can !

WangariMaathai “ Plus vous vous élevez moins il y a de femmes “

 

  • Donnons-nous les moyens de nos ambitions et outillons nos aspirations. L’ambition n’est pas un vain fantasme. Rêvez de devenir Oprah Winfrey nécessite un talent des prédispositions et surtout beaucoup de travail. Il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir, il faut agir en conséquence. Moi j’adorerai être danseuse étoile mais cela relève de l’utopie dans mon cas. N’hésitons pas à identifier nos lacunes et à les combler. L’identification de nos points forts en convergence avec l’acquisition des compétences requises vous conduira vers le succès. Donc foncez et prenez en main votre destin !
  • Collaborons, soyons des mentors et des coachs pour nos sœurs. Soyons généreuses, partageons nos expériences et notre savoir. Conseillons-nous les unes les autres, inspirons-nous, motivons-nous et, paraphrasant Gandhi, je dirais soyons le changement que nous voulons voir dans le monde. Arrêtons les rivalités de bas étages basées sur des critères non professionnels,  arrêtons de juger les femmes non mariées et sans enfants. Il n’y a pas de secte, de caste, de cloison ni de séparation à faire lorsque les enjeux sont communs. La compassion féminine doit servir entre nous et non pas seulement dans notre style de management. C’est à nous d’écrire notre propre histoire.

 

  • A des postes de responsabilité, ne refusez pas de recruter une femme parce qu’elle est trop belle ou parce qu’elle vous semble trop brillante ou ambitieuse. Ou tout simplement parce qu’elle a un mari riche et puissant. Soyons objectives. Basons nos recrutements sur des critères rigoureux et professionnels. Sinon, les autres ne nous prendront pas au sérieux.  Notre rôle n’est pas de favoriser les femmes, mais d’être équitables.

« Il existe un endroit en enfer pour les femmes qui n’aident pas les autres femmes  » Madeleine Albright

 Invitons les hommes dans la conversation. Nous ne pouvons pas les exclure dans ce débat où ils doivent se sentir concernés. Nous ne sommes pas une bande d’hystériques anti-hommes qui se réunit pour pleurnicher- c’est pardonnable quand on a une peine de cœur – Mais dans le monde professionnel ou politique, nous devons sensibiliser les décideurs et les rallier à notre cause. Ne sont ils pas nos frères, nos pères, nos maris et nos fils ? Il nous revient de véhiculer le message qui va les motiver à embrasser ce combat qui est l’affaire de tous. Le nouveau féminisme tout comme l’ambition n’a pas de genre et doit être inclusif.

Extrait de Chimamanda TEDX Nous sommes tous des féministes:

 “ Une fois je discutais de genre avec un homme noir et il me demanda pourquoi est ce que je parle de mon expérience en tant que femme et non pas en tant qu’être humain? Etonnement, c’est le même gars qui parle souvent de son expérience en tant qu’homme noir »

Conclusion

Personne ne nous fera de la place si nous n’en faisons pas pour nous mêmes. J’ai eu mon premier poste de Direction à 29 ans, parce que quelqu’un m’en a donné l’opportunité et j’ai eu le courage de la saisir. C’était un beau challenge ! En tant  que Directrice dans des multinationales j’ai donné des opportunités identiques aux femmes et je suis heureuse de voir que plusieurs de mes collaboratrices ont évoluées vers des postes de responsabilités aujourd’hui.. Ma plus grande joie et fierté, c’est d’avoir identifié et recruté des talents féminins qui ont pu éclore en leader.  Le leadership ce n’est pas exclusivement diriger mais c’est ouvrir des chemins aux autres et assurer une pérennité de la connaissance et de l’excellence. En tant que femme professionnelle, Quel sera votre héritage?

Le genre compte. Les hommes et les femmes expérimentent le monde différemment .Le genre colore la façon dont nous expérimentons le monde . Mais nous pouvons changer. CNA

References:

Lean in Sheryl Sandberg

Nous sommes tous des feministes CAN

Reines d’Afrique Sylvia Serbin

Women Matter Africa Mac Kinsey

©Nabou Fall

Intervention au FEEF  Mars 2017 Abidjan Cote-d’Ivoire

On ne revient pas indemne du Forum de Saint-Louis …

Déjà, la route vous invite vers cette ville où le temps semble s’être arrêté. En traversant Thiès, ça et là des charrettes tirées par des chevaux où des ânes  nous renvoient  des images  anachroniques. Les baobabs de la savane majestueux et certainement centenaires nous saluent au passage, de leurs statures imposantes. , les Pastèques géantes ornent les bas côtés de la route, les vanneries multicolores nous font des clins d’œil. Tivaouvane la Sainte, bastion de la Tidjaniyya au Sénégal nerveuse à l’approche imminente du Gamou du Maouloud ne nous laisse pas indifférentes. Puis Guéoul, qui m’émeut , réveille mes souvenirs et tiraille mes cicatrices. C’est la ville où mon père est enterré. La ville où je venais saluer ma Grand-mère paternelle et mes Badienes (tantes paternelles)  lors de mes séjours au Sunugal. Je récite quelques sourates censées garantir le Paradis à tous mes ancêtres qui sont au cimetière. Nous roulons au son de Wally Seck et Sidiki Diabaté … Quand enfin, Ndar s’ouvre à nous, agitée et vive, fiévreuse et séduisante. Le pont Faidherbe symbole d’hier et d’aujourd’hui nous accueille sur son lit de métal.

Direction Poste de Logistique, Hôtel Rognat, Place Faidherbe où la belle Aita, qui n’a pas ménagé d’efforts pour gérer les hébergements nous attribue une chambre Keur Dada.

Saint-Louis nous y sommes, le Forum tant attendu, tant annoncé, tant espéré est là à quelques mètres de nous. Prêt à nous happer par son énergie, sa diversité, sa richesse.

Les Dakarois timorés et curieux m’ont maintes fois interrogée sur le thème. A chaque interrogation, j’essaie de leur expliquer que ce Forum tel que Doudou Diaw l’a rêvé il défie la règle  » ce qui se conçoit clairement s’énonce clairement « . Quand on rencontre Doudou , on est à face à un rêveur, un visionnaire, un bâtisseur , un humaniste d’une extrême générosité. Il ne s’encombre pas de phrases. Ses rêves il les partage, et si on est prêt pour l’aventure on se met en condition pour vivre cette utopie avec lui. Le monde entier est au rendez vous autour du Bateau Bou El Mogdad. Ici et là je retrouve des familiers : cousins, cousines, amis d’enfance venus de Paris , Abidjan où Dakar . Je reconnais des célébrités du monde de l’art, de la musique où de la Presse. Je retrouve l’Afrique du Nord, l’Afrique Centrale, en bref le monde entier est là prêt à expérimenter la vision de Doudou. Sans hésitation,  nous sommes venus sûrs que des moments d’exception nous attendaient, des instants d’émotions que seuls un visionnaire peut créer et surtout transmettre. Les scientifiques, les financiers , les artistes , les écrivains , les stylistes , les bohèmes , les chefs cuisiniers , les mannequins , les musiciens , les entrepreneurs ,les blogueurs,  les fous , les rêveurs , les illuminés, les ambianceurs, les artistes… Nous sommes tous là, euphoriques, heureux, en même temps curieux et impatients. Notre groupe éclectique et atypique se fond à Saint-Louis la séduisante et l’authentique. Nous fusionnons avec la ville, spectateurs d’un défilé de mode bigarré et artistique mettant en scène la créativité de la mode sénégalaise. L’altière Princesse Esther Kamatari s’invite sur le podium pour inspirer quelques sourires aux mannequins. L’artiste mon ami et frère Franck Fanny en fait de même. La foule jubile, les fous rires et les applaudissements fusent. C’est ça le Forum ! De l’improvisation, du cœur, le don de soi , des rires et des sourires spontanés  . Les scripts ne sont pas figés, ils évoluent et s’inventent au cours du temps , en fonction des espaces, de l’énergie  .

« Et si nous allions en boîte ? »  Émet jovialement un ami grand juriste Dakarois  après le spectacle du soir. Nous sommes sortis retrouver  un grand banquier de la sous région á l’Iguane Café. L’esprit décomplexé et positif du Forum nous habite tous. Ceux qui sont habitués aux grands rendez-vous de ce monde ont ressentis la même chose : Saint-Louis a pris le lead d’une Afrique qui s’assume et s’impose, une Afrique qui met en avant ses talents, ses intelligences et ses émotions pour une transformation effective et profonde.

Le plus grand choc a certainement été l’ouverture du Forum avec la musique Mandingue d’Ablaye Cissokho et le talent théâtrale de Nathalie Vairac. La rupture s’est déclarée dès le début : Inhabituelle  et profonde. L’Afrique se montre telle qu’elle est sans fards dans sa multiplicité et sa richesse, poétique, artistique et talentueuse.

Au Forum il n’y a pas d’élitisme, pas de discrimination par l’âge où la fonction, il n’y a que la richesse de l’humain qui est mise en valeur. La ville nous fait la fête et défile pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux Saint-Louisiens que nous sommes. L’énergie est débordante, le savoir est enrichissant. je reconnais ça et là Didier Acouetey, Jean-Louis Billon, Stan Zeze, Diane Audrey Ngako, Alain Nkontchou , Abdoulaye Coulibaly du Forum de Bamako, Fatou N’diaye de Black Beauty Bag, Ma copine Ouli Sarr, Mossadeck Bally, Franck Fanny, Sonia Rolland , Chef Coco , Chef Pierre Thiam, Fleur Pellerin ,Fatimata Ly … Le pari de Doudou est relevé haut la main, les panels sont riches, brillants et exceptionnels. L’expression est libre et libérée. je m’exalte, je m’abreuve, je m’interroge. Les idées reçues sont bousculées, les opinions s’entrechoquent, l’Afrique est repensé sans intellectualisme ni pédantisme mais avec générosité, humanité, authenticité et inclusion. Les panels sont passionnants et le format  interactif. Les panelistes sont en milieu de salle en symbiose avec l’audience. La ville nous enveloppe de son charme. La déco made in Sénégal de notre hôtel Keur Dada  nous émeut ma cousine Safiya et moi, bassang au sol, couvre- lit en basin, rideaux en thioup , andou thiouraye aux effluves de gowê et d’encens dès le matin ;Vue sur le fleuve au petit déjeuner et jus de fuis locaux faits maisons délicieux.  Les personnalités sont humaines, sans artifices, humbles et sympathiques. Le rêve de Doudou est devenu une belle réalité, émouvante et sincère. Au Quai des Arts, le concentré d’énergies créatrices et positives est énergisant. Les égos sont restés sur la route, PDG, ministre, Influenceurs et autres célébrités sont justes là abordables et disponibles, le regard curieux et enjoué….

Le Forum de Saint-Louis bouscule tous nos sens. En effet les grands chefs du continent sont présents : Je retrouve Pierre Thiam que j’avais rencontré à New-York en 2015 et revois Coco Reinharz mon cousin du Congo qui nous avait régalés lors d’une soirée de Gala mémorable au début du mois de Novembre l’Ile Maurice. Mamane, Gohou et Digbeu nous font rire aux éclats dès la première soirée.  Les rencontres sont belles, les conversations brillantes. Réunir tous ces talents divers qui font notre fierté c’est  un message d’espoir fort.

La magie du concert de clôture me donne encore des frissons de bonheur : Ray Lema et Manu Dibango ensemble pour l’apothéose du Forum. Le piano et le saxo pour des rumbas qui me rappellent ma ville d’adoption Kinshasa. Finalement Saint-Louis c’est l’Afrique, et quand Helmie, Benji, Ménélik, Ange Fandoh, Nancy Murillo , Ablaye Cissokho montent sur scène pour un bœuf final nous ne savons plus si nous devons rire où pleurer devant le trop plein d’émotions . L’histoire retiendra ces moments pour la postérité. Dernières soirées pour les derniers échanges qui jusqu’au bout furent généreux et édifiants. Il y a de la magie dans l’air au Cocktail chez Doudou .J’ai trouvé l’Afrique dont j’ai toujours rêvée dans la ville de mes aïeules, étrange coïncidence. Escales shopping d’abord chez la styliste Rama Diaw qui m’avait préparée 3 belles tenues chatoyantes et élégantes puis virée à l’Expo vente de mon amie d’enfance le joaillier Kareem Fadika. Une véritable caverne d’Ali Baba des bracelets en pierres semi précieuses à porter par 5 où plus , des bagues en pierres précieuses , des colliers aux couleurs chatoyantes où une équipe joyeuses de femmes de gouts se sont fait plaisir . Le Forum de Saint-Louis c’est aussi ça une plateforme d’expositions ouvertes aux créatifs.

Au retour sur Dakar avec mes aînés Maguette et Gaby Lopes, nous nous arrêtons au comptoir « Au fil du fleuve » pour un petit déjeuner pas ordinaire qui a réveillé tous nos souvenirs d’enfance au Sénégal. Bourakhe, Siddem, bouille, fonde, confitures exotiques de Papaye basilic et farandoles de goûts, une véritable expérience gastronomique matinale dans un cadre magnifique décoré avec des meubles dessinées par notre hôtesse. Marie-Caroline à elle seule est une légende Saint-Louisienne. J’y reviendrai un jour. La balade continue dans la ville. Nous nous arrêtons au musée de la photo qui lui aussi nous nourrit de ses belles surprises. Je me retrouve nez à nez avec moi même immortalisée par Joana Choumali dans sa série « Résilientes ». Un  vrai retour aux sources pour moi Domou Ndar Internationale. Encore moi,  debout à côté de Faty dans un cliché vintage Vintage de Malick Welli pris quelques mois auparavant à Saint-Louis. Je réalise que ce Forum est plus qu’une conférence pour moi, c’est un parcours initiatique, un voyage au bout de moi même, un retour aux sources plein d’émotions et de questions sans réponses. Merci Doudou pour ce rendez-vous magique et surréaliste. Je ne sais pas vous mais moi je suis une autre moi plus Saint-Louisienne et donc plus Africaine. A bientôt Ndar, Je reviendrai!

©Nabou FALL

A long walk to freedom: The legacy of Nelson Mandela

There is no easy walk to freedom anywhere, and many of us will have to pass through the valley of the shadow of death again and again before we reach the mountaintop of our desires. – Long Walk to Freedom

RIP Nelson Rohlilahla Mandela  18/07/1918-5/12/1013


My Tribute To Madiba 

“Death is something inevitable. When a man has done what he considers to be his duty to his people and his country, he can rest in peace. I believe I have made that effort and that is, therefore, why I will sleep for the eternity.” –  

Man’s goodness is a flame that can be hidden but never extinguished. – Nelson Mandela


A great man is gone, a legend is born. Africa has lost a freedom fighter & gained a valuable role model leaving us with an invaluable legacy. 

“A good head and a good heart are always a formidable combination” Nelson Mandela

Besides the mourning, the tributes & the emotions the iconic man’s loss has aroused, I believe that Mandela is one of those immortal beings who transcend death & time through their heritage. 

« I dream of an Africa which is in peace with itself. » Nelson Mandela on peace 

His life is a testimony impacting  the lives of the present generation & will  also touch the future ones. I reminisce Mandela & Deklerk walking side by side that day of February 1990. 

I always knew that someday I would once again feel the grass under my feet and walk in the sunshine as a free man. – Long Walk to Freedom. Mandela on hope

It was winter in Paris & tears started rolling down on my cheeks. I was strangled with emotions & mixed feelings. I was torn between hate for apartheid, relief & sadness for Mandela. He was free but he was old. But the future showed us that age is not a fatal issue when you are destined for greatness.

I have walked that long road to freedom. I have tried not to falter; I have made missteps along the way. But I have discovered the secret that after climbing a great hill, one only finds that there are many more hills to climb.  I have taken a moment here to rest, to steal a view of the glorious vista that surrounds me, to look back on the distance I have come. But I can rest only for a moment, for with freedom comes responsibilities, and I dare not linger, for my long walk is not yet ended. – Long Walk to Freedom- Nelson Mandela on empowerment

I was aware of witnessing a unique moment of history. The oppressor & the oppressed together as one got a Nobel Prize for peace, another moment in history I am not ready to forget. 

“Resentment is like drinking poison and then hoping it will kill your enemies” Nelson Mandela

Just few years later, in 1996, as a young executive in telecommunications, based in Abidjan, I was given the opportunity to do an internship at MTN offices in South Africa. I was in my 20’s & visiting the country of Mandela had been on my bucket list from the day apartheid regime was dismantled. 

I am the product of Africa and her long-cherished view of rebirth that can now be realized so that all of her children may play in the sun. –Nelson Mandela  

However, in those days, even though black, white, Indians, colored etc. were supposed to live together as one, I could feel the stigmas of almost 50 years of racial discrimination within the South African Society. Clearly, the black population was still scarred &desperately was trying to integrate fully to the ideal of rainbow nation of Madiba. 

The time for the healing of the wounds has come. The moment to bridge the chasms that divide us has come. The time to build is upon us. Nelson Mandela on peace

On a Friday evening, at MTN offices, we had a get together with the staff & each community was sticking to its people. As a cosmopolitan person & an outsider to that society, I was going from one group to the other, a bit uncomfortable but trying to remind to myself that it was a new country, with new codes & that they needed time to understand each other’s. 

“To be free is not merely to cast off one’s chains, but to live in a way that respects and enhances the freedom of others.” Nelson Mandela on freedom

Mandela dreamt of a united South Africa where all the citizens, regardless of their race or skin color would work as one. His aim was to build a discrimination free country where forgiveness, peace, tolerance & understanding would prevail. 

‘When I walked out of prison,that was my mission, to liberate the oppressed and the oppressor both “No one is born hating another person because of the colour of his skin, or his background, or his religion. People must learn to hate, and if they can learn to hate, they can be taught to love, for love comes more naturally to the human heart than its opposite.” Nelson Mandela on love

He showed a sense of integrity& respect towards what was South Africa: a multi racial nation. As a man he publicly admitted his weaknesses when him & Winnie agreed to divorce instead of just pretending it was ok like so many couples do. As a leader he left his Presidential office without being forced, teaching a great lesson of humility & democracy to many African head of States clinging on to power like their life depended on their positions. 

 am not a saint, unless you think of a saint as a sinner who keeps on trying must step down while there are one or two people who admire me. The time is always right to do right. Nelson Mandela on humility

Madiba awakened hope in the heart of the hopeless, he showed the world that legendary leaders can emerge in the midst of chaos, shaping a new perspective for a youth in despair. 

“I am fundamentally an optimist. Whether that comes from nature or nurture, I cannot say. Part of being optimistic is keeping one’s head pointed toward the sun, one’s feet moving forward. There were many dark moments when my faith in humanity was sorely tested, but I would not and could not give myself up to despair. That way lays defeat and death.” Nelson Mandela on Afroptimism

From my first trip in South Africa, I came back with a book that would impact my perspective on life forever: “A long walk to freedom”. Mandela’s life is a story of endurance, courage, faith, persistence & generosity. 

“Do not judge me by my successes, judge me by how many times I fell down and got back up again.” Mandela on endurance

“A winner is a dreamer who never gives up” Mandela on persistence

“The brave man is not he who does not feel afraid, but he who conquers that fear.” – Long Walk to Freedom. Mandela on courage

As an actor of our history, his memoirs taught me one simple thus beautiful lesson: As long as you have a long healthy life, a strong will & good heart, there is space & time for your dreams.

“A nation should not be judged by how it treats its highest citizens but its lowest ones.” Nelson Mandela on Respect & leadership

“It always seems impossible until it’s done. « 

Mandela on Faith

By holding on to his values & to his dreams, Mandela was given the blessing to become the first black president of South Africa at 76 years old. So don’t give up! As you long as you have faith, courage & persistence, your dreams may come true. 

“What counts in life is not the mere fact that we have lived. It is what difference we have made to the lives of others that will determine the significance of the life we lead.” Nelson Mandela on generosity 


Naboulove©2013

The sun shall never set on so glorious a human achievement! Nelson Mandela

There is strenght in weakness… 

You dont have to be always Strong, there is strenght in weakness. 

Life is a cycle with ups & down, a war front where we face daily challenges & overcome struggles.  They can be the loss of a loved one, a break Up, a necessary change of lifestyle , the  fight for survival , a chronic disease…
 It Has been a cliché to praise strong women & men , to do the apology of emotionless super heroes and forget that after all, we are all so human, So vulnerable,  So sensitive & breakable.   I think the trend pushing us into pretending to be strong & unbreakable is the greatest disease of our Times . We refrain from crying, avoid showing our heartaches & ignore the healing process attached to any brutal event that May affect our lives. Emotionally we need to allow ourselves to go through the process that will lead us to acceptance. Instead of doing so, we shut our feelings, pretend to be fine,  fake happiness & move on , unaware that we are broken inside. And unknowingly, ONE Day we have symptoms of PTSD (post traumatric stress disorder) caused by the absence of grieving from a traumatizing experience. Myself ,I have often appeared as being the Strong woman , the leading sister in control, seemingly happy & smiling through hell . I was taught that a strong woman keeps her pain to herself. I was raised as a Fulani not to show off my emotions & feelings & never to expose my weaknesses.  But life has taught me a different lesson:  I have come to realize that being down & low is a strenght that will allow me to heal properly , to have thinner scars , to repair the broken parts of me. Skipping that stage is what contributes to Create nervous breakdown,  bitterness & a feeling of unhappiness that can’t be explained or defined . Go back to your abandonned heartaches, list them, face them, evaluate their level of healing, act upon them , grieve, hate , cry, then soothe, forgive & start healing by mending your open scars. All the wounds you left open inside you, that may affect Your emotional well Being , allow them to be closed & heal as needed . Talk to whoever you need to , forget about the African « What People would think » drama ,after all they are as human & vulnerable as you are, ignore the How  society would judge  you » & share your suffering . If It means talking to a shrink , do It. If It means crying in the arms of your mother or siblings, do it, however you need to let It Out, just do It. Dont Keep that poison inside you , let It flow, let It build you, let It strenghten you , then you will be ready to move on permanently. 
Beware,  I Never said you should mourn forever but give It a timeframe that will allow you to come out of it refreshed not broken into pieces. We are not super heroes of fiction with magic Powers that Will Help us heal in minutes , We are just humans regardless of our age, position or gender , We have feelings , We have weaknesses, We have empathy & we cannot shut our human side in the name of appearing strong for the sake of appearances. 

Be empowered by your weaknesses 
Naboulove 

African Love stories romance Relationtionships